Arbousier

Les feuilles et l’écorce de l’arbousier s’utilisent en décoction pour soigner les troubles digestifs et rénaux, pour purifier le foie.

Le fruit de l’Arbousier est comestible. On peut le manger frais ou en confiture ou le distiller pour confectionner une boisson alcoolisée.

L’arbousier est une plante efficace pour traiter cystite, urétrite, elle soigne les diarrhée, maladies du foie et des reins, elle est aussi artériosclérose.

Les feuilles et l’écorce de l’arbousier s’utilisent en décoction pour soigner les troubles digestifs et rénaux, pour purifier le foie.

Le fruit de l’Arbousier est comestible. On peut le manger frais ou en confiture ou le distiller pour confectionner une boisson alcoolisée. En décoction, sa racine est utilisée contre l’hypertension. On lui attribue des propriétés anti-inflammatoires, il est également efficace contre les rhumatismes.

En infusion ,il préparer  50 g de feuilles pour 1 litre d’eau bouillante, laisser infuser 5 mn.
En décoction ,il faut faire macérer une nuit 40 g de racine séchée coupée pour 1 litre d’eau, puis laisser évaporer à feu doux jusqu’au tiers, laisser reposer, filtrer, 1 verre chaque matin à jeun pendant 3 jours.

 

Cet arbre est aussi utilisé pour son aspect ornemental. On trouve beaucoup d’arbousiers dans le sud de la France et notamment en Corse.arbousier-fraisier - arbustus unedo

L’écorce brun rouge est diurétique, substance qui va augmenter la production d’urine. En décoction, sa racine est utilisée contre l’hypertension. On lui attribue des propriétés anti-inflammatoires, il est également efficace contre les rhumatismes. Ce fruit est nommé « arbouse », il peut-être consommé : pulpe charnue et sucrée ; on en fait même de l’eau de vie. De culture facile, l’entretien de l’arbousier se limite à une protection hivernale en climat rude.
En pot, le rempotage s’effectue au printemps.  L’ arrosage sera toujours modéré. Installez des graviers dans votre soucoupe

Cette plante se plaît en terrain acide ou calcaire et surtout drainant.
Exposition: soleil et mi-ombre toléré à l’abri des vents froids hivernaux.
Sa multiplication s’effectue par semis au printemps ou par bouture fin Août.

Insensible aux maladies et aux prédateurs en bonnes conditions de culture.
Des champignons peuvent l’atteindre en terre trop humide

L’arbousier est un arbuste ou arbrisseau que l’on retrouve intensément dans nos forêts méditerranéennes. En plus de ses feuilles persistantes coriaces et luisantes, l’arbousier développe une écorce rouge très décorative qui a tendance à s’exfolier en lanières fines pour laisser apparaître un tronc lisse beige rosé. C’est à l’automne et pendant tout l’hiver que l’arbuste est la (…)

plantation : début automne ou printemps
multiplication : par semis la croissance est très lente, boutures et marcottage peu évident, greffage.
sol : sec ou frais, pauvre ou fertile, acide ou neutre ou alcalin, supporte le calcaire, pousse habituellement dans des sols siliceux ou décalcifié.
emplacement : ensoleillée de préférence, n’aime pas être déplacé.

Rusticité : rustique, semi-rustique
Composition du sol : normal, calcaire, sableux
PH du sol : neutre, acide

L’arbousier est de culture facile ,il ne nécessite pas d’entretien spéciale .Il faut juste le protégé pour l’hiver en climat rude .Le rempotage s’effectue au printemps .Par semis ,la croissance est très lente, les boutures et marcottage sont peu évident.

Il faut le planter dans un sol sec ou frais, pauvre ou fertile, acide ou neutre ou alcalin, il supporte le calcaire , l’état sauvage il pousse habituellement dans des sols siliceux ou décalcifié.
Il se développe plus rapidement dans un lieu ensoleillée de préférence. Il n’aime pas être déplacé. Il est insensible aux maladies et aux prédateurs quand il est dans de bonnes conditions de culture. Cependant des champignons peuvent l’atteindre en terre trop humide.

 

Gingembre

Le gingembre est une espèce de plantes originaire d’Asie, du genre des Zingiber et de la famille des Zingiberaceae dont on utilise le rhizome en cuisine et en médecine traditionnelle.

Le terme gingembre vient du sanskrit (langue indo-européenne) « shringavera », qui signifie « en forme du bois du cerf ». Ce mot a donné le latin « zingiber », dont dérive le français « gingembre », apparu XIIIe siècle.

[quote]A l’ époque de la traite des noirs, les propriétés aphrodisiaques du gingembre ont poussé les Portugais à intensifier sa culture en Afrique orientale afin d’en nourrir tous les esclaves mâles : plus ils avaient le goût de faire l’amour, plus les femmes enfantaient créant ainsi de futur bénéfices pour les vendeurs d’esclaves. Encore de nos jours, le gingembre est utilisé dans le monde arabe pour aviver la fièvre charnelle. Au Sénégal, les femmes se font une ceinture avec des tubercules de gingembre afin d’exciter la vigueur sexuelle de leur mari. Cette connotation sexuelle est due d’une part parce que sa racine ressemble étrangement à un petit homme. Plus scientifiquement, son action vasodilatatrice agit sur les organes du petit bassin et ses vertus reconstituantes sont reconnues mais il est préférable d’utiliser du gingembre frais, râpé ou confit.[/quote]

Le gingembre, allié d’une bonne digestion

Une synthèse d’études pratiquées sur les animaux parue en 2004 démontre que le gingembre pourrait stimuler la sécrétion de bile et l’activité de différents enzymes digestifs, ce qui entraine une digestion plus rapide des aliments. Les quantités de gingembre utilisées dans ces études sont élevées et même supérieures à ce que pourraient consommer des populations reconnues comme étant de grandes consommatrices d’épices, comme l’Inde.

D’ailleurs, la racine de gingembre est utilisée depuis des millénaires en médecine traditionnelle chinoise pour stimuler la digestion. Cependant, dans la mesure où l’effet de la consommation de gingembre frais sur le processus de digestion n’a pas fait l’objet d’étude clinique bien contrôlée chez l’humain, davantage de recherches pourront éventuellement mener à des conclusions plus précises sur le sujet.

Le gingembre pour éviter les nausées

En 1999, l’Organisation Mondiale de la Santé a reconnu l’utilité du rhizome de gingembre pour lutter contre les nausées et les vomissements de la grossesse. Les gingérols et les shogaols contenus dans le gingembre joueraient un rôle dans l’effet antiémétique, en agissant entre autres sur la réduction des mouvements de l’estomac.

Le gingembre en poudre serait donc une alternative efficace à la vitamine B6 généralement prescrite aux femmes enceintes. D’autant plus qu’il ne provoque aucun effet secondaire…

Le gingembre, un puissant anti-inflammatoire naturel !

La médecine ayurvédique indienne utilise le gingembre pour soulager les douleurs reliées à l’arthrite et aux autres rhumatismes inflammatoires. Mais l’Occident reconnaît cet usage traditionnel puisque de récentes études (Phytomedicine 2005) comparent l’efficacité du gingembre à celle de médicaments de dernière génération.

Il est conseillé de consommer du gingembre en poudre puisque 1g de gingembre séché équivaut à 10g de gingembre frais. Parmi les composés les plus reconnus, on peut citer les gingérols dont les effets bénéfiques ont été également observés chez l’animal, mais aussi les shogaols et les paradols qui exerceraient leurs effets par différents mécanismes d’action.

Rhumatismes, maux de tête…

Comment l’utiliser ? En cas de rhumatismes : diluer 1ml d’huile essentielle de gingembre dans 30ml d’huile végétale. Appliquer 6 gouttes du mélange, en massage matin et soir sur les régions douloureuses, jusqu’à amélioration des symptômes.
En cas de maux de tête : faire infuser 500mg à 1g de gingembre séché dans 150 à 250ml d’eau pendant 5 à 10 minutes. Boire 2 à 4 tasses par jour, jusqu’à l’amélioration des symptômes.

Le gingembre donne de l’énergie !

Riche en vitamines C, D et B, en sels minéraux (potassium…) et en oligo-éléments (calcium, magnésium, cuivre, zinc) le gingembre est un puissant tonifiant naturel !

racine-de-gingembre

Le gingembre frais peut être conservé plusieurs semaines au réfrigérateur. Evitez toutefois de le mettre dans le tiroir à légumes, car l’humidité qui y règne risquerait de favoriser les moisissures. Le gingembre sec se conserve dans un récipient hermétique, au frais et à l’abri de la lumière. Vous pouvez également le congeler et en sortir un morceau pour le râper au moment de le cuisiner. Ne décongelez pas le gingembre, car il se ramollirait et serait difficile à râper.

Le gingembre possède une saveur chaude et piquante, légèrement citronnée. Il dégage de plus une odeur agréable.

Il existe différents types de gingembre, selon les traitements qu’on lui fait subir. On parle de « gingembre gris » lorsqu’il a simplement séché à l’air. Si en revanche il est pelé, lavé, puis séché au soleil, on l’appelle « gingembre blanc » ou « gingembre décortiqué ». C’est le plus souvent cette dernière variété de gingembre qui est réduite en poudre.

Le gingembre est consommé frais, en poudre ou confit dans du sucre. Frais, on l’utilise râpé ou haché dans les soupes, les plats de poisson, les plats sautés et les currys. On peut également le faire confire pour l’intégrer à un dessert. Le gingembre en poudre s’apprête bien avec les pâtisseries, les pains et les confiseries. La cuisine japonaise utilise beaucoup le gingembre mariné dans les sushis, les sashimis et les nouilles orientales.

L’utilisation du gingembre varie d’une région du monde à l’autre. En Europe, il est principalement utilisé pour cuisiner des pâtisseries et des confiseries, ainsi que pour aromatiser des boissons. En Inde, on cuisine le gingembre pour relever les viandes, les poissons, le riz et les purées de légumes. Il sert également à parfumer le thé. En Chine et au Japon, on l’utilise surtout frais, émincé dans les potages, les marinades et les courts-bouillons. Il sert aussi d’assaisonnement pour les poissons. Dans ces pays, on le croque même parfois entre deux plats pour nettoyer le palais. Dans tout le Sud-est asiatique, le gingembre confit dans du sucre est la friandise la plus répandue.

Le gingembre est surtout cultivé en Inde, Chine, Indonésie, Nigeria, Népal, Bangladesh, Thaïlande et Philippines. Tout comme le vin, le gingembre possède ses « crus », car la qualité et la saveur des racines varient d’un pays producteur à l’autre. Le gingembre jamaïcain est le plus répandu dans les épiceries françaises. Il est apprécié pour son arôme délicat et est surtout consommé frais pour aromatiser des plats et des boissons. Le gingembre australien est surtout utilisé pour les confiseries en raison de sa saveur très citronnée et sucrée. Celui de Chine est d’une grande qualité mais est exclu de nos épiceries en raison de son traitement au dioxyde de soufre.

On trouve le gingembre tout au long de l’année au rayon des fruits et légumes exotiques. Choisissez une racine bien ferme, d’une couleur brun clair. Sa chair doit être jaune pâle, juteuse et très odorante.

Le gingembre et la santétisane-gingembre

Buvez de la tisane au gingembre 3 à 4 fois par jour, pour prévenir des états grippaux et aider à la guérison d’un rhume, angine, grippes ou des problèmes digestifs, dépressifs, et pour vous aider à maigrir, à vaincre la fatigue
En cas d’enrouement, d’aphonie, de début de laryngite, angine, je l’utilise en infusion sucrée au miel. Associé à de la propolis, c’est extrêmement efficace.

Tisane gingembre

Pour une tasse d’infusion : coupez 5 tranches fines de gingembre préalablement pelé au couteau, ou râpez le gingembre et versez de l’eau frémissante dessus. Laissez infuser pendant une dizaine de minutes. Plus longtemps vous laisserez infuser, au plus le côté « piquant » du gingembre ressortira. Filtrez (sinon la tisane aura un gout trop fort). Sucrez ou non avec du miel, juste au moment de boire. Il est possible de préparer pour tout une journée l’infusion de gingembre (pas plus de 4 tasses par jour)   à condition de la filtrer, puis de la verser, bien bouillante dans un thermos.

L’infusion au gingembre pour perdre du poids

Boire une infusion au gingembre pour perdre du poids est une tradition ancienne de l’Orient.

L’infusion au gingembre pour soulager la digestion

Buvez une infusion de gingembre en fin de repas

L’infusion au gingembre pour soulager la fatigue ou le manque d’énergie

Pelez un bout de gingembre, râpez-le et laissez-le infuser 10 mn dans de l’eau chaude.-Ou ajoutez cette infusion refroidie à votre jus d’orange du matin

 Le gingembre en cataplasme

Pour soulager la sciatique, la lombalgie une entorse
Imbibez une compresse dans une infusion de gingembre refroidie légèrement pour ne pas vous bruler, et appliquez-la, essorée, sur la partie douloureuse du corps, en la maintenant avec une bande type Velpeau.
Le cataplasme de gingembre chaud sur la poitrine peut soulager les refroidissements, et la toux et les grippes intestinales.

Huile de massage au gingembre.

Pour soulager les douleurs musculaires et réveiller la libido.
Épluchez et hachez du gingembre frais. Placez-le dans un bol puis recouvrez d’huile d’amandes douces. Chauffez 2 heures au bain-marie. Filtrez et embouteillez.

Décoction gingembre

Faites bouillir les tranches de gingembre (un bout de gingembre de la taille d’une prune suffit pour 2 litres d’eau) dans l’eau pendant 15 minutes. Retirez du feu, laissez refroidir puis filtrez. Ajoutez du miel et même du citron au moment de boire la décoction.
Décoction gingembre à l’ail ou à l’oignon : Ajoutez à la décoction au gingembre, une grosse gousse d’ail coupée en fines tranches  ou la moitié d’un oignon (ou mieux l’ail et l’oignon)  et  le jus d’un citron. Sucrez avec du miel.
Cette décoction soulage le mal de gorge et l’angine…. et a des effets antioxydants.

Sirop de gingembre

Râpez le gingembre pelé dans une passoire au dessus d’un petit bol, puis pressez-le  pour faire sortir le jus de façon à obtenir 1 demi-cuillère à café de jus de gingembre
Mélangez bien le jus de gingembre obtenu avec une cuillère à café de miel.
1 cuillère à café de ce mélange matin et soir.

Grog au gingembre

Dans une petite casserole, portez à ébullition pendant 5 mn, de l’eau ( ¼ de litre),  3 rondelles de gingembre, une branche de thym et 2 ou 3 clous de girofle. Sortez du feu puis infuser encore 15 mn. Filtrez. Ajoutez quelques gouttes de jus de citron. Sucrez avec du miel. Buvez bien chaud

Le gingembre en boisson

Mélangez du gingembre passé à la centrifugeuse avec de l’eau minérale. Cette boisson est idéalement rafraichissante par temps très chaud.

L’huile essentielle de gingembre

A la fois anti-inflammatoire, un antalgique, antiseptique et un stimulant, l’huile essentielle de gingembre,  extrait du principe actif de la racine de gingembre est un bienfait pour la santé. L’ingestion d’huile essentielle de gingembre ne doit se faire que sous contrôle médical.

L’huile essentielle de gingembre en friction

Pour soulager les crampes muscles endoloris, l’arthrose  les articulations ou autres douleurs, Frictionnez la zone douloureuse avec un peu d’huile d’amandes douces mélangée à 3 gouttes d’huile essentielle de gingembre.

Nausées et vomissements.

Pour éviter le mal des transports
Versez sur un sucre 2 gouttes d’huile essentielle de gingembre (pas plus de 3 ou 4 fois par jour)

Le gingembre pour la beauté

Consommez  régulièrement du gingembre en infusion et dans votre alimentation vous  conserverez une peau éclatante et un visage plus jeune.

Masque de beauté au gingembre

Le gingembre contre les boutons et les taches sur la peau :
Dans un petit bol, mélangez une belle cuillérée à soupe de gingembre pelé et râpé avec une cuillère à soupe de miel et 1 cuillérée à café de citron. Laissez prendre au moins 30 minutes au frais. Puis appliquez sur votre visage démaquillé. Laisser agir 10 minutes et rincer une première fois à l’infusion tiédie de gingembre et une seconde fois à l’eau fraiche.

Masque tonifiant pour les cheveux

Avant le shampoing, appliquez pendant un quart d’heure de l’huile de massage au gingembre renforcé par 3 gouttes d’huile essentielle de gingembre.

Le gingembre en cuisine

Râpé ou haché frais le gingembre s’utilise dans les plats sautés,  les currys indiens, les tagines et les plats de poisson et  les soupes, Il entre dans la composition du quatre-épices, dont on se sert pour assaisonner les plats mijotés, plats aigres-doux ou non.

Le gingembre est indispensable dans la cuisine japonaise. On le sert en sauce ou avec les sushis et les sashimis où ses fines tranches marinées permettent de « nettoyer » le palais entre deux plats

Confit ou cristallisé, le gingembre est délicieux. Il entre également dans la composition de biscuits, gâteaux, crème, chocolat ou autres desserts.

Conservation du gingembre

Enveloppé dans du film étirable, le gingembre peut se garder plusieurs semaines dans le bac à légumes du réfrigérateur.

Quelques recettes a  base de gingembre

Se soigner par les plantes

Se soigner avec les plantes médicinales, c’est un mode de vie. C’est apprendre à connaître ses alliées quotidiennes et ses propres limites dans la gestion de sa santé. Dans cette optique, il ne faut pas attendre d’être très malade pour se soigner mais plutôt choisir la ou les plantes qui aident à rétablir les déséquilibres aussitôt qu’ils se font sentir.

Il n’est pas question ici de remplacer les médicaments par des plantes, mais de parler du soutien qu’elles peuvent apporter au corps dans son processus de guérison. Bien qu’il soit difficile de faire une sélection, j’ai choisi 25 plantes polyvalentes et facilement disponibles, quelques-unes faisant même déjà partie de nos cuisines ! Cette façon de faire rétablit et dynamise notre relation intime aux richesses que la Terre nous offre, en plus de nous redonner un sentiment d’autonomie envers notre propre santé. En accord avec les principes soutenant la santé de la Terre, des plantes elles-mêmes et de la nôtre en bout de ligne, je vous suggère de choisir des produits d’herboristerie traditionnelle de culture biologique. Il s’agit de plantes transformées de façon simple, à l’aide de solvants alimentaires non toxiques et dont les matières premières jouissent d’une vitalité remarquable. Vous trouverez d’ailleurs toutes les plantes mentionnées dans cet article chez les herboristeries traditionnelles québécoises. Par ailleurs, au fil de votre lecture, vous remarquerez que bon nombre de plantes médicinales possèdent plus d’une vertu. C’est là la magie de l’herboristerie.vous remarquerez que bon nombre de plantes médicinales possèdent plus d’une vertu. C’est là la magie de l’herboristerie Chaque personne développe ses propres affinités avec les plantes, chacune ayant plusieurs usages possibles. Ceci fait aussi en sorte qu’il est difficile d’établir des catégories bien précises des meilleures plantes. En vous renseignant un peu, vous verrez que chaque herboriste a ses plantes préférées. En lisant sur les plantes, vous ferez vous aussi vos propres découvertes !

MODES D’UTILISATION

Infusion, infusion courte, décoction, teinture, huiles ou onguents ? Voici de quoi démêler tout ça… Lorsqu’on prépare une infusion, on dépose feuilles, fleurs ou racines d’une ou de plusieurs plantes au fond d’un contenant et on y verse de l’eau bouillante. On laisse ensuite reposer au moins une demi-heure puis on tamise le liquide avant de boire. Dans le cas d’une infusion courte, on laisse infuser seulement 10 minutes. Commencez par utiliser l’équivalent d’une cuillère à thé de plante par tasse d’eau et ajustez ensuite la quantité au goût. Pour faire une décoction, on ajoute de l’eau froide à la plante sèche déposée dans une casserole. On amène le tout à ébullition et laisse mijoter doucement de 20 à 30 minutes. On fait ensuite refroidir et on tamise avant de boire. Les teintures sont des extraits de plantes préparées à l’aide d’alcool. Les extraits liquides de plantes peuvent aussi être préparés à l’aide de vinaigre de cidre ou de glycérine végétale. On en dilue habituellement quelques gouttes, selon le dosage recommandé, dans un peu d’eau ou de jus pour les consommer. En usage externe, on peut aussi utiliser des huiles macérées et des onguents. Dans le premier cas, on a simplement laissé macérer les plantes dans une huile végétale, puis on a tamisé la préparation. Dans le second, cette huile macérée a été solidifiée avec de la cire d’abeille ou de la lanoline, une graisse issue de la laine de mouton.

PLANTES NUTRITIVES ET TONIQUES

Les plantes dont il est question ici peuvent être consommées tous les jours. Les plantes dont il est question ici peuvent être consommées tous les jours. En plus d’être efficaces contre certains problèmes de santé, elles apportent de grandes quantités de nutriments, tonifient et dynamisent l’organisme entier ou un système en particulier. Ces plantes travaillent subtilement, mais leurs effets sont cumulatifs et se font sentir en profondeur. On les prend surtout en infusion, à raison de une à trois tasses par jour, à tour de rôle pour le plaisir ou sur de longues périodes pour profiter de tous leurs effets bénéfiques.

Avoine (Avena sativa)

Plante particulièrement nutritive pour le système nerveux, l’avoine convient aux personnes tendues ou apathiques qu’elles soient enfants ou adultes. Elle favorise la concentration, le sommeil et la capacité d’évoluer sainement dans un univers survolté. L’avoine offre un bon soutien pendant la grossesse, en cas de carence alimentaire ou de sevrage. Préparez une infusion avec les parties aériennes vertes. Cette infusion peut aussi être ajoutée au bain en cas de démangeaisons.

Ortie (Urtica dioica)

Riche en magnésium et en fer, l’ortie tonifie les reins. Elle aide les personnes qui présentent des troubles liés à l’accumulation de toxines dans le corps : maladies de peau, allergies, arthrite, cancer… Elle donne de l’énergie tout en régularisant la glycémie et en diminuant les effets néfastes du stress continu. L’ortie est une bonne alliée pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Préparez une infusion avec les feuilles de la plante.

 

Molène (Verbascum thapsus)

La molène est l’amie des muqueuses, particulièrement celles du système respiratoire. Elle les nourrit, elle atténue leur sensibilité et augmente leur résistance. Cette plante est l’alliée numéro un des fumeurs et ex-fumeurs, des personnes fragiles des poumons ou qui ont des problèmes respiratoires chroniques. Elle est efficace contre l’enrouement, la toux, la bronchite et l’asthme. Prenez les feuilles en infusion, mais faites attention aux poils qu’elles laissent au fond de la tasse : ils peuvent irriter la gorge !

 

Fleur de trèfle rouge - Trifolium pratenseTrèfle rouge (Trifolium pratense)

Riche en calcium, le trèfle rouge est un tonique nerveux qui convient bien aux personnes souffrant de troubles d’accumulation toxique. Ses nutriments seront grandement appréciés par les enfants, les femmes (de la puberté à la ménopause), les aînés et les convalescents. Plante de la famille des légumineuses, elle est également riche en isoflavones protecteurs. On consomme l’infusion des fleurs ou des parties aériennes au complet, mais on évite de la prendre en même temps que des médicaments qui fluidifient le sang.

 

 

Framboisier (Rubus idaeus)

Les feuilles de framboisier sont sans doute les meilleures alliées des femmes. Nutritive et riche en minéraux, cette plante tonifie l’utérus et soutient les femmes qui ont des problèmes au niveau du système reproducteur : syndrome prémenstruel, crampes, menstruations surabondantes, endométriose, fibrome, infertilité, ptôse… Elle est aussi d’une grande aide pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Elle tonifie l’utérus et enrichit le lait. De plus, grâce à son action astringente, elle apaise les maux de gorge et les petites diarrhées. On infuse les feuilles en se limitant à deux tasses par jour. L’infusion peut aussi servir de douche vaginale ou de compresse qu’on applique sur des blessures mineures ou des conjonctivites.

Astragale (Astragalus membranaceus)

Cette plante chinoise tonique maintenant cultivée ici vient en aide aux personnes soumises à un stress continu. Elle favorise un sommeil réparateur et le fonctionnement optimal du système immunitaire. Elle convient bien aux ados et aux adultes, en particulier aux gens qui ont tendance à toujours être malades. On prend la racine en décoction. Éviter en état grippal ou fiévreux.

Fleur de camomille - Matricaria recutitaCamomille allemande (Matricaria recutita)La camomille allemande favorise l’équilibre et l’harmonie. Ses fleurs tonifient et dynamisent autant le système digestif que les systèmes nerveux et reproducteur. La camomille une alliée quotidienne pour les personnes aux prises avec des indigestions, des ulcères, des maladies inflammatoires des intestins, du stress, de l’insomnie et des problèmes menstruels. Elle convient aux enfants qui percent leurs dents ainsi qu’aux personnes qui font de la fièvre. On fait une infusion courte, qu’on peut boire ou ajouter au bain pour apaiser les nerfs ou les inflammations de la peau. L’huile infusée des fleurs peut aussi être utilisée sur les plaies et les fesses irritées des bébés.

 

PLANTES POUR LES NERFS

En plus de l’avoine, du trèfle rouge et de la camomille allemande, qui agissent sur le système nerveux, on peut profiter de l’effet particulier des plantes suivantes .

Mélisse en fleurs - Melissa officinalisMélisse (Melissa officinalis)

C’est la plante du lâcher prise, celle des personnes qui ruminent sans arrêt ou qui broient du noir. Elle détend, favorise le sommeil et la digestion et apaise la fièvre des enfants comme des adultes. Son action antivirale est intéressante en cas de grippe ou d’herpès. Prenez les feuilles en infusion courte, ponctuellement ou sur de longues périodes.

 

Fleur de pavot californien - Eschscholtzia californicaPavot de Californie (Eschscholtzia californica)

Sédatif et analgésique, le pavot de Californie est doux et puissant à la fois. À petite dose, il diminue l’anxiété. À forte dose, il aide à dormir en cas de stress intense et donne un répit en cas de douleur importante, qu’elle vienne d’un mal de tête ou d’une rage de dents. Il convient aussi très bien aux enfants, chez qui il agit comme un tonique. On prend la teinture de la plante entière ou de sa fleur, mais on l’évite si on déjà abusé d’opiacées. De fortes doses diminuent les facultés intellectuelles.

 

Scutellaire - Scutellaria laterifloraScutellaire (Scutellaria lateriflora)

Tonique nerveux par excellence, la scutellaire atténue la douleur et calme les spasmes. Elle excelle dans les cas où le stress provoque des troubles de la concentration ou de la mémoire, de l’insomnie ou de l’hypertension. Elle est l’alliée des femmes souffrant d’irritabilité et de crampes prémenstruelles, ainsi que de toute personne en sevrage, que ce soit de sucre, d’alcool, de café, de tabac ou de drogue. Prenez la teinture des parties aériennes en fleur, ponctuellement ou sur de longues périodes.

 

Bétoine (Stachys betonica)  La bétoine est un autre tonique nerveux. Elle calme les tensions partout dans le corps et c’est une aide remarquable dans les cas de maux de tête, surtout ceux qui sont liés à une mauvaise digestion, car elle dynamise les fonctions digestives. La bétoine apaise les fortes douleurs, permet de réintégrer son corps plus facilement et de reprendre contact avec la réalité. Prenez la teinture des feuilles ou des parties aériennes à la floraison, ponctuellement ou sur de longues périodes.

PLANTES POUR LA DIGESTION

En plus de la camomille, de la mélisse, de la bétoine, du fenouil, de la cataire et du thym, inscrites dans d’autres catégories, voici des plantes qu’on utilise particulièrement dans les cas de problèmes digestifs.

Gingembre (Zingiber officinalis)

Le rhizome de cette plante tropicale est très utilisé pour dynamiser la digestion, particulièrement lorsqu’il y a gaz et ballonnements. De plus, c’est l’antinauséeux végétal le plus étudié ; on le dit même plus intéressant que le fameux médicament Gravol recommandé contre le mal des transports. Le gingembre soulage aussi des nausées de la grossesse, réchauffe et favorise la fièvre active et efficace. C’est un casse-grippe merveilleux, qu’on boit en décoction chaude dès les premiers symptômes. Ses vertus antiseptiques en font l’aliment de prédilection pour accompagner le poisson cru, car il s’attaque aux bactéries qu’on y retrouve. Le gingembre agit aussi sur la circulation sanguine et est d’un grand soutien en cas de varices. On l’utilise frais ou en poudre dans l’alimentation, en infusion, en décoction ou en teinture.

Pissenlit (Taraxacum officinalis)

La racine du pissenlit active le foie et le pancréas tout en favorisant le péristaltisme La racine du pissenlit active le foie et le pancréas tout en favorisant le péristaltisme (la contraction des muscles du système digestif pour faire avancer le bol alimentaire et plus tard évacuer les déchets). Elle est utile en cas d’indigestion, d’engorgement du foie, de mauvaise assimilation des aliments et de constipation. Elle aide aussi à équilibrer la glycémie. Douce mais tenace, elle convient même aux enfants. La feuille de pissenlit possède pour sa part des propriétés diurétiques. Riche en potassium, elle aide toute personne souffrant de rétention d’eau, d’hypertension ou de problèmes de peau. La racine se consomme en décoction ou en teinture, tandis que les feuilles se prennent en infusions. Elles sont également délicieuses en salades. Peu importe la forme, le pissenlit peut se consommer sur de longues périodes.

Lin (Linum usitatissimum)

La graine de lin est le laxatif doux le plus connu. Ses mucilages et ses fibres provoquent une évacuation efficace, sans provoquer de paresse intestinale à long terme. Faites tremper 1 cuillère à soupe de graines fraîchement moulues dans l’eau pendant une demi-heure et buvez le tout une ou deux fois par jour.

PLANTES POUR LES ENFANTS

Vous connaissez maintenant les vertus de l’avoine, du trèfle rouge, de la mélisse, du pavot de Californie et du pissenlit pour les enfants. Voici d’autres plantes particulièrement appropriées aux tout-petits.

Fenouil (Foeniculum vulgare)

Les graines de fenouil favorisent une digestion harmonieuse, diminuent la putréfaction et les crampes intestinales. Ellesexcellent en cas de gaz et de ballonnements. Ce sont les plus grandes amies des bébés sujets aux coliques. On peut utiliser le fenouil ponctuellement ou sur de longues périodes. Les bébés reçoivent de petites quantités d’infusion courte, tandis que la maman qui allaite p eut en consommer davantage. Le fenouil favorise la production de lait maternel chez la maman qui en prend.

Sureau (Sambucus nigra)  Cette antivirale est très utile en cas de grippe, de fièvre et de toute maladie infantile de nature éruptive (rougeole, roséole, varicelle). De plus, elle tonifie les muqueuses et convient à tout enfant ou adulte ayant le nez qui coule sans arrêt. Prenez une infusion courte des fleurs et buvez chaud en cas de fièvre.

Cataire (Nepeta cataria)

Cette herbe à chats reconnue pour stimuler nos minous, apaise les enfants en favorisant leur sommeil et en diminuant leur tendance à faire des cauchemars. Elle convient aux enfants turbulents, stressés ou malades, à ceux qui ont le bedon tendu ou une forte fièvre. Elle convient aussi aux adultes qui tournent en rond dans leur tête. Donnez aux enfants une infusion des parties aériennes en fleur ; pour les adultes, la teinture est plus appropriée.

Arnica (Arnica montana)

L’arnica ne s’utilise que par voie externe. On l’évite donc si la peau est abîmée. C’est la plante miracle pour soigner les petits bobos des enfants actifs. L’application de la teinture ou de l’huile macérée des fleurs sur les foulures et les parties du corps qui ont reçu un coup n’a pas fini d’épater… L’arnica favorise en effet la guérison rapide des tissus lésés, diminue la douleur et l’enflure et freine la formation d’ecchymoses.

 

PLANTES ANTISEPTIQUES

En cas d’infection, n’oubliez pas que le repos constitue au moins la moitié du remède. Les plantes antiseptiques ne sont généralement pas aussi puissantes que les antibiotiques pharmaceutiques et la personne aux prises avec une infection doit se reposer si elle veut reprendre le dessus.

 

Ail (Allium sativum)

Ce puissant antibactérien est également antifongique. Il est aussi intéressant que certains antibiotiques pharmaceutiques pour les infections respiratoires. Il traite également très bien les infections digestives, les vers intestinaux et les infections vaginales. Il faut idéalement manger de deux à cinq bulbes d’ail cru au cours de la journée. Il suffit pour ce faire de les broyer et de les mettre dans de l’eau pour les avaler. Répétez quelques jours de suite au besoin, mais réduisez votre consommation ou stoppez quelque temps si votre estomac se montre fragile. On peut aussi utiliser l’ail extrait dans le vinaigre par voie interne ou en compresse sur la peau. Ce vinaigre peut être utilisé en cas de vaginite (10 gouttes dans la poire vaginale remplie d’eau) ou sous forme de produit d’hygiène nasale en cas de sinusite (cinq gouttes dans un litre d’eau).

 

Thym (Thymus vulgaris)

Ce condiment est tout à fait indiqué en cas d’infection respiratoire et de troubles digestifs accompagnés de gaz et de ballonnements. On l’utilise aussi en externe pour nettoyer les plaies, on l’inhale lorsqu’il y a congestion nasale ou on s’en fait un bain de vapeur en cas d’acné dans le visage. De plus, le thym réveille et stimule les fonctions nerveuses. Buvez ou appliquez par voie externe l’infusion courte des feuilles sèches. Pour inhaler ou prendre un bain de vapeur, déposez les plantes sèches dans un bol, versez-y de l’eau bouillante, recouvrez d’une serviette et mettez la tête dessous en respirant à fond par les narines. Pour les soins de la peau, exposez le visage à la vapeur.

 

Usnée - Usnea barbataUsnée (Usnea esp.)

Ce lichen antiseptique peu connu pousse dans nos forêts nordiques. Lui aussi est antibactérien et antifongique. Il traite particulièrement bien les infections pulmonaires et génito-urinaires. On utilise la teinture du lichen par voie interne ou en l’appliquant directement sur un pied d’athlète ou un impétigo, ou encore diluée pour en faire une douche vaginale ou un produit d’hygiène nasale.

 

Fleurs de calendule - Calendula officinalisCalendula (Calendula officinalis)

Cette plante est une des plus polyvalentes de notre trousse. Par voie interne, elle est utile en cas de grippe, de congestion lymphatique, de fièvre et d’inflammation de la bouche, de la gorge ou de tout le système digestif. Elle diminue l’inflammation, soigne les muqueuses et élimine les bactéries, virus et champignons. Par voie externe, on l’utilise sur la peau pour combattre les inflammations, les infections ainsi que les conjonctivites et pour désinfecter les blessures. La calendula peut aussi servir de douche vaginale et de produit d’hygiène nasal. Utilisez les fleurs en infusion ou en teinture.

PLANTES POUR UN USAGE EXTERNE

Prenez note qu’il faut toujours appliquer ces plantes sur des plaies propres, sans quoi elles pourraient accélérer la fermeture d’une lésion par-dessus des corps étrangers ou une infection ! En plus des plantes présentées dans cette section, voyez aussi ce que peuvent faire pour vous l’avoine, le framboisier, la camomille, l’arnica, le thym, l’usnée et la calendula.

Fleurs de plantain - Plantago lanceolataPlantain (Plantago major)

Cicatrisant le plus polyvalent, le plantain favorise la guérison rapide de toute forme de plaie ou d’inflammation. Il resserre les tissus, soulage de la douleur et de la démangeaison. C’est le grand ami des personnes souffrant de piqûres d’insectes ou d’hémorroïdes. Si vous pouvez identifier la plante fraîche (dans toutes les pelouses non traitées), le cataplasme de feuilles fraîchement mâchées arrête les réactions aux piqûres et morsures : il tire le poison, les corps étrangers et la chaleur vers l’extérieur, il soulage et guérit rapidement. Pris par voie interne, le plantain est utile en cas de troubles chroniques des muqueuses respiratoires ou digestives (rhume, rhume des foins, toux, asthme, sinusite, ulcère, diarrhée, maladies inflammatoires de l’intestin, constipation…), car il normalise la production de mucus et arrête les saignements. Toujours par voie interne, le plantain neutralise et élimine les poisons et toxines qu’il rencontre dans le corps. C’est intéressant pour les personnes souffrant de troubles de la peau ou en cas d’empoisonnement aux métaux lourds. Prenez la feuille de plantain en teinture, sous forme d’huile infusée ou en onguent.

Fleurs de millepertuis - Hypericum perforatumMillepertuis (Hypericum perforatum)

L’usage du millepertuis par voie externe est plutôt négligé depuis quelques années. Or il est fabuleux pour la cicatrisation. C’est une plante de premiers soins. Le millepertuis diminue l’inflammation, accélère la guérison, tient les bactéries au loin et fait la vie dure aux virus. Il traite particulièrement bien les brûlures et l’herpès. De plus, il apaise les muscles courbaturés et guérit les nerfs traumatisés. On l’utilise en cas de douleur, de perte de sensation, d’engourdissement ou de fourmillement. Pour toutes ces vertus, on se sert de l’huile infusée des fleurs, appliquée abondamment. On peut aussi la prendre par voie interne, à jeun, pour traiter un ulcère gastrique. Il est enfin possible d’utiliser la teinture sur l’herpès : ça chauffe, mais c’est très efficace !

Chou (Brassica oleracea)

Cet aliment commun fait des merveilles. Il tire la chaleur et l’infection vers lui, il refroidit et apaise les tissus, il décongestionne et favorise la guérison. Il est très utile en cas de plaie, d’ulcère, de brûlure, d’inflammation et de mastite. Il suffit de prendre une ou plusieurs feuilles fraîches, d’enlever la veine majeure et de l’écraser avec un rouleau à pâte ou une bouteille jusqu’à ce que la feuille soit humide. Appliquez directement sur la partie à traiter, recouvrez d’un linge et changez aux deux heures. Notez enfin que le chou rouge est plus efficace que le vert, mais il tache davantage.

L’aromathérapie

L’aromathérapie est une médecine naturelle basée sur l’utilisation des plantes aromatiques à des fins thérapeutiques. Le sens olfactif et l’essence extraite de différentes plantes médicinales jouent un rôle essentiel dans cette approche de soin.

Les principes de base de l’aromathérapie

L’aromathérapie, de son nom «aroma» et «thérapie» consiste à se servir des vertus curatives des parfums diffusés par les essences des plantes aromatiques (en général huiles essentielles). Elle a également recours aux bienfaits des huiles essentielles, des huiles végétales et d’hydrolat aromatique pour guérir certaines maladies. Le mode de traitement de chaque plante varie en fonction du type de substance souhaité. Selon l’objectif du traitement, les huiles essentielles peuvent s’appliquer en interne, en externe, en complexe ou en lotion.

Le complexe désigne un mélange constitué de plusieurs huiles essentielles prélevées sur des plantes différentes, la lotion quant à elle résulte d’un mélange d’huiles essentielles avec d’autres huiles végétales. Même si les huiles essentielles s’utilisent particulièrement en médecine douce, leur usage ne doit pas être pris à la légère, la consultation d’un spécialiste s’avère de mise avant chaque traitement.

Les huiles essentielles (lire notre article sur les huiles essentielles)

Les huiles essentielles sont particulièrement connues en aromathérapie. Il s’agit d’une substance directement secrétée par la plante ou obtenue par expression, c’est-à-dire par compression de la plante. Selon le type de plante, l’huile essentielle peut s’obtenir au niveau des racines, de l’écorce, des fruits ou encore de la fleur. La quantité et les vertus de l’huile varient en fonction de sa partie d’extraction. Plusieurs méthodes peuvent être mises en œuvre pour obtenir l’huile essentielle contenue dans une plante. Parmi les plus courantes se distinguent la distillation, l’extraction mécanique, l’infusion et l’extraction par solvant.

Menthe poivrée aromathérapieLes huiles essentielles des plantes médicinales sont au cœur du traitement en aromathérapie. Pour ne citer que quelques exemples, l’huile d’argane est connue pour ses vertus dermatologiques. La menthe poivrée quant à elle est particulièrement efficace pour soulager les problèmes digestifs. Les personnes souffrantes de troubles respiratoires peuvent tirer profit des bienfaits de certaines plantes comme le citron, le laurier ou encore le romarin. En cas de stress ou d’anxiété, le basilic est indiqué pour ses vertus apaisantes.

L’aromathérapie en pratique

En aromathérapie, l’application proprement dite se fait par trois voies: interne, externe et aérienne. Pour la première méthode, le patient ingère les huiles essentielles mélangées avec de l’huile végétale et de miel. L’absorption d’une huile pure est prohibée dans la mesure où elle risque de provoquer des irritations au niveau des muqueuses. Pour un meilleur usage, certains produits sont déjà présentés sous forme de capsules prêtes à être avalées ou encore de suppositoires. La méthode externe quant à elle consiste à faire pénétrer les huiles essentielles à travers les couches cutanées. L’application se fait à l’aide d’un massage en profondeur avec un mélange d’huiles et d’onguent.

Enfin, par voie aérienne, les huiles essentielles utilisées en aromathérapie doivent être conduites au niveau du système respiratoire. Auparavant, la diffusion des huiles essentielles par voie aérienne s’est effectuée avec une poterie poreuse. Cela ne donnait qu’un faible rendement au niveau de l’évaporation de l’arôme nécessaire à la thérapie. L’utilisation d’une lampe ou d’une chandelle n’est pas également recommandée puisqu’elle présente le risque d’altérer les vertus thérapeutiques du produit. Les moyens les plus efficaces pour l’aromathérapie par voie aérienne sont les ventilateurs non dotés de filtres et les diffuseurs équipés d’une soufflerie. Avec ces deux modes de diffusion, les propriétés des huiles sont conservées et l’espace couvert pendant le traitement se trouve assez vaste.

Les bienfaits de l’aromathérapie

Les vertus relaxantes de l’aromathérapie permettent de traiter la plupart des maladies provoquées par l’anxiété et le stress. C’est grâce à cette propriété d’ailleurs qu’elle est particulièrement indiquée pour soulager les troubles dépressifs des sujets souffrant de cancer. Parallèlement, elle se montre en mesure d’alléger les symptômes liés à la démence comme les troubles de comportement. Utilisée par voie externe dans le massage du cuir chevelu, l’aromathérapie empêche la pelade. Elle peut aussi soulager les phénomènes de démangeaisons causées par le prurit.

Méthode thérapeutique d’une grande efficacité, l’aromathérapie peut également venir à bout des troubles de sommeil comme l’insomnie. Source d’énergie et de bien-être, elle donne plus de vitalité aux enfants prématurés. Malgré l’absence d’une conclusion scientifique concrète, plusieurs femmes témoignent une réduction des symptômes liés à la ménopause après avoir été soumis à un traitement en aromathérapie.

Contre-indication de l’aromathérapie

Même si l’effet thérapeutique des huiles essentielles n’est plus à démontrer, elles peuvent entraîner un vrai désagrément en cas de mauvaise utilisation. À cause de leur concentration, les huiles essentielles peuvent irriter la surface cutanée. Pour cela, il faut éviter de faire une application d’huiles essentielles sans les avoir mélangées avec un peu d’huile végétale. Les huiles essentielles sont des produits naturels, cela n’empêche pas toutefois les personnes sensibles de souffrir d’allergie suite à leur utilisation.

Chez certaines personnes, les huiles essentielles à base de cétones entraînent des troubles neurologiques. Il en est de même pour les huiles essentielles de romarin ou de camphres pouvant même provoquer des crises d’épilepsie. Appliquées au niveau de la peau, certaines huiles essentielles sous l’effet de la photosensibilisation rendent l’épiderme moins résistant aux rayons UV. Enfin, des études sont actuellement menées afin d’établir s’il faut interdire l’usage des huiles essentielles sur les femmes enceintes et les nouveau-nés.

La phytothérapie

Une vieille médecine

La phytothérapie est sans doute la plus ancienne médecine du monde.

Modes d’utilisation des plantes médicinales

Les plantes possèdent des principes actifs très puissants qui se trouvent soit dans les racines, l’écorce, les feuilles, les sommités fleuries, les fruits, la résine…. les parties utilisées de la plante varient d’une espèce à l’autre, ou pour une même plante selon l’effet désiré.

La tisane de plantes est l’utilisation la plus connue de plantes médicinales, mais il existe une grande variété de modalités : en usage externe (cataplasmes, compresses, collyre, bain de bouche, bains…) ou en consommation (ingestion, cure, infusion, décoction … ), en fumigation, en inhalation…

Selon les circonstances et le type de plantes, vous utiliserez des plantes fraîches ou au contraire séchées, dans une préparation vendue par l’herboriste ou faite maison. Les détails pour la fabrication des préparations sont dans l’article herboristerie.

Usage externe

Par exemple, pour soulager la douleur d’une piqûre d’insecte, vous pouvez aussi bien frotter avec des feuilles fraîches de plantain, (en espérant que vous vous trouvez dans un endroit non pollué) ou encore avec du baume de plantain déjà préparé.

« Bain buccal »: vous vous gargarisez avec une solution de clou de girofle ou vous mastiquez, sans avaler. Déposé dans une dent douloureuse pour soulager la douleur il agit comme anesthésique local.

Pour faire un cataplasme vous prenez en général une plante fraîche broyée ou coupée en morceaux pour libérer plus facilement les substances qui pénétreront dans la peau. Exemple cataplasme de feuilles de chou fraîches. Dans certains cas, on cuit la plante pour la ramollir : par exemple, on met de l’ail cuit à la vapeur sur les verrues. La plante peut aussi être mélangée à un peu de farine de lin pour obtenir la consistance voulue.

Pour faire une compresse, le tissu de la compresse est plongé dans une préparation liquide, une infusion ou une décoction de plantes. En général, on renouvelle la compresse quand elle a refroidi. (…)

Pour désinfecter une petite plaie et utiliser déjà les principes cicatrisants de l’arnica, on utilisera soit une pommade à l’arnica ou une teinture mère à l’arnica.

Pour masser et faire pénétrer les principes actifs des plantes, on utilise une huile de massage ou des pommades, des baumes, des onguents, qui sont moins fluide. (à vérifier : tonique, vinaigre de massage)

Inhalation
Fumigation
Bain

Usage interne

Selon les indications thérapeutiques, la plante est prise en infusion, décoction, réduite en poudre, ou encore dans un vin, un vinaigre, un élixir, un sirop, un jus.

  • Une plante coriace comme la prêle est réduite en poudre et est ajoutée aux repas, on peut aussi faire des décoctions de prêle.
  • Un sirop aide à faire passer le goût des plantes trop amères et est mieux accepté par les enfants.
  • Dans certain cas, quand la plante le permet, on peut aussi la prendre sous forme de jus. Exemple : jus de Canneberge.
  • Quand vous n’avez pas la possibilité pratique de vous préparer une tisane, il est possible de mâchonner directement certaines plantes. Exemple : mâchonner du thym.

S’occuper de sa santé commence déjà en prévention par une bonne alimentation, mais en plus certains fruits, légumes, épices sont préconisés pour certaines affections, cela aussi fait partie de la phytothérapie. Il s’agit parfois de faire des cures de longues durées.

Les plantes de A à Z

A
absinthe  (troubles de la digestion, anorexie)
açaï (diarrhée, anémie,…)
acérola (fatigue, riche en vitamine C)
agave (ulcères d’estomac,…)
aigremoine (diarrhée)
ail (athériosclérose, hypertension)
ail des ours (athériosclérose, hypertension)
airelles rouges (cystites, herpès labial)
alchémille (diarrhée bénigne)
aloe vera (désinfection, brûlures)
amande (peau sèche)
ananas (cellulite)
aneth (flatulence)
angélique (troubles de la digestion)
anis étoilé = badiane (digestion difficile)
anis vert (digestion, toux grasse)
arbre à thé (mycoses, acné, plaies)
argan (peau sèche, acné)
argousier (fatigue, refroidissement)
armoise annuelle (paludisme)
armoise commune (troubles menstruels)
aronie (troubles digestifs)
arnica (coups, hématomes)
artichaut (troubles du foie)
aubépine (troubles cardiaques)
avoine (toux)

B
bambou (ostéoporose)
bardane (acné, problèmes de peau)
basilic (digestion difficile)
belladone (système nerveux)
betterave (hypertension)
blé (cholestérol)
boldo (maux de ventre, ulcère)
bouillon blanc (toux)
bouleau (infections urinaires)
bourdaine (constipation)
bourrache, huile de (neurodermatite, peau sensible)
bourse à pasteur (menstruation)
bruyère (cystites, prostate)
bugrane épineuse (infections urinaires,…)
buriti (brûlures)
busserole (cystites, infections urinaires)
C
cacao (déprime)
café (stimulant, favorise l’association d’idée)
calami (acore vrai) (brûlure d’estomac)
calendula (cicatrisation et inflammation)
camomille romaine (digestion, désinfectant)
camomille vraie (digestion, désinfectant,…)
camphrier (rhumatisme)
cannabis (drogue, nausées et vomissements)
canneberge / cranberry (prévention cystites)
cannelle (digestion)
capucine (toux)
cardamome (troubles digestifs)
carotte (préparation au bronzage)
cascara (constipation)
cassis (maux de gorge, rhumatismes)
cèdre de l’Atlas (mycoses)
céleri (cystites)
centella asiatica (peau sèche)
centaurée (digestion)
cerise (goutte, cystites,…)
chardon marie (foie et digestion)
chélidoine (usage externe : verrues)
chêne (diarrhée)
chia (diabète type 2, cholestérol)
chicorée (troubles digestifs)
chiendent (cystite)
chou (rhumatisme)
ciboule (cholestérol)
cimicufuga (symptôme ménopause)
citron (prévention des refroidissements)
citronnelle (piqûres d’insectes)
coca (anesthésie)
coco, huile de (surpoids)
colchique d’automne (goutte)
consoude (coups, hématomes)
coquelicot (toux, bronchite)
coriandre (troubles digestifs)
courge (hyperplasie bénigne de la prostate)
cumin (digestion, flatulence)
curcuma (anti-oxydant, prévention cancer)
cynorhodon (= églantier) (refroidissements)
cyprès commun (hémorroïdes)
D
digitale pourpre (insuffisance cardiaque)
drosera (toux)
E
echinacée (grippe, refroidissement)
edelweiss (diarrhée, vieillissement)
éleuthérocoque(stress)
epilobe (hyperplasie bénigne de la prostate)
estragon (troubles digestifs)
eucalyptus (toux, rhume)
euphraise (affections oculaires)
F
fenouil (spasmes)
fénugrec (annorexie, inflammations)
ficaire (hémorroïdes)
figue (constipation)
fragon (troubles veineux)
fraisier (diarrhée)
framboise (digestion)
frêne (rhumatismes)
fumeterre (digestion)
G
galanga (troubles digestifs)
gattilier (dysménorrhée)
gaulthérie (douleurs musculaires)
genièvre (digestion et rhumatisme)
gentiane (digestion)
gingembre (vomissements, fatigue sexuelle)
ginkgo (mémoire, vertige)
ginseng (stimulant, tonique)
girofle (mal de dent, digestion)
goji (digestion)
grande camomille (migraine)
grenade (prévention de plusieurs maladies, diarrhée)
guaco (toux)
guarana (fatigue)
guimauve, racine de (toux, maux de gorge)
H
hamamélis (hémorroïdes, troubles veineux)
harpagophytum (arthrose, arthrite)
henné (soin des cheveux)
herbe à Robert (diarrhée, angine)
hibiscus (hypertension, pellicules)
hoodia (surpoids)
houblon (anxiété, sommeil)
hydrastis (troubles digestifs)
hysope (bronchite, toux)
I
if (cancer du sein)
igname (diarrhée)
immortelle (hématomes)
impératoire (troubles digestifs)
ipéca (toux)
J
jasmin (stress, insomnie)
K
karité (peau sèche)
kawa (anxiété)
konjac (surpoids)
kola (fatigue)
L
laitue vireuse (troubles du sommeil)
laitue sauvage (troubles du sommeil)
lamier blanc (troubles gynécologiques)
lapacho (refroidissement, grippe, mycoses,…)
laurier (troubles digestifs, rhumatisme)
lavande (interne : anxieté, externe : désinfection)
lierre (toux grasse)
lin (constipation chronique)
lis blanc (infections comme panaris, blessures)
livèche (troubles de la digestion)
luzerne (fatigue)
M
maca (aphrodisiaque)
maïs (infections urinaires)
marjolaine (anxiété)
marron d’Inde (oedèmes, jambe lourdes)
marrube blanc (toux, bronchite)
maté (fatigue)
mauve (maux de gorge, toux)
mélèze (rhumatismes)
mélilot (jambes lourdes)
mélisse (interne : nervosité…, externe : herpès)
menthe poivrée (digestion,…)
menthe verte (digestion)
millefeuille (anorexie, digestion,…)
millepertuis (dépression légère)
millet (chute des cheveux)
moringa (asthme)
mousse d’Islande (toux, maux de gorge)
moutarde (bronchite)
muscade (maux de dents)
myrtille (diarrhée)
myrrhe (aphtes)
N
navet (toux)
niaouli (affections ORL)
nigelle cultivée (troubles digestifs)
nopal (problèmes de peau)
O
oignon (piqûre d’insecte, allergie)
olivier (hypertension)
onagre, huile d’ (règles douloureuses,…)
oranger, fleur d’ (somnifère)
origon (troubles digestifs)
orme (rhumatisme)
orthosiphon (régime)
ortie, feuille d’ (troubles urinaires)
ortie, racine d’ (hyperplasie bégnine de la prostate)
P
palmier nain (hyperplasie bégnine de la prostate)
papaye (troubles digestifs)
passiflore (nervosité, troubles du sommeil)
patchouli (troubles digestifs)
pavot (toux, douleurs)
pavot de Californie (eschscholzia) (troubles du sommeil)
pelargonium (bronchite)
pensée sauvage (acné, eczéma,…)
persil (cystite, rhumatismes,…)
pervenche de Madagascar (diabète)
pétasite (allergie, rhume des foins,…)
petite centaurée (digestion difficile)
petite pervenche (aphtes,…)
physalis (goutte)
pin (toux)
pissenlit, dent-de-lion (digestion)
plantain (toux)
poivre de Cayenne (arthrite, arthrose,….)
poivre noir (coliques, diarrhées,…)
pommes de terre (brûlures)
potentille tormentille (diarrhée)
prêle(infections urinaires)
primevère (toux)
prune (constipation)
pulmonaire (toux)
psylli semen (constipation occasionnelle)
Q
quinquina (paludisme)
R
radis noir (troubles du foie)
raisin d’ours (infections urinaires)
réglisse (toux)
reine-des-prés (rhumatismes)
rhodiola (stress)
rhubarbe (aphtes, constipation occasionnelle)
ricin (constipation occasionnelle)
romarin (diurétique, arthrose)
ronce (diarrhée)
rooibos (insomnie)
rose (santé de la peau)
rue des jardins (varices)
S
safran (cancer du foie)
saponaire (rhumatismes, acné, goutte,…)
sapin (toux grasse)
sarriette des montagnes (troubles digestifs)
sauge (antitranspirant, antiseptique)
sauge trilobée (transpiration)
saule (antidouleur, rhumatisme)
séné (constipation occasionnelle)
soja (ménopause)
sorbier (diarrhée)
stévia (hypertension, diabète)
stramoine
sureau(fébrifuge, diurétique)
T
thé blanc (stimulant contre la fatigue,…)
thé vert (stimulant contre la fatigue, régulateur du poids,…)
thé noir (stimulant contre la fatigue,…)
thym (désinfection, toux)
thym serpolet (toux)
tilleul (fièvre, refroidissement)
tomate (constipation)
trèfle rouge (ménopause)
tussilage (toux)
U
uncaria (troubles articulaires)
V
valériane  (sommeil)
vanille (dépression)
verge d’or (inflammation reins et vessie)
verveine citronelle (sommeil)
verveine (sommeil)
vigne rouge (jambes lourdes, oedèmes)
Y
ylang-ylang (problèmes de peau)

Les plantes Medicinales

Vigne rouge, la plante de la circulation

Jambes lourdes, varices, hémorroïdes, mais aussi couperose… la feuille de vigne rouge est pleine de ressources ! Ses propriétés se révèlent particulièrement intéressantes pour améliorer votre circulation sanguine.

 

Acérola, la vitamine C naturelle

Extrêmement riche en vitamines et oligo-éléments, l’acérola saura se rendre indispensable pour prévenir les infections hivernales. Ses composants stimulent les défenses immunitaires. De quoi parer également aux périodes de fatigue passagère.

 

Alfalfa, la minéralisation essentielle

Voici une plante qui intéressera de nombreuses femmes. L’alfalfa permet de lutter contre la fatigue, mais aussi contre les troubles de la ménopause et l’ostéoporose. Idéale également, mesdames, pour remédier aux ongles fragiles et cheveux cassants.

 

Ananas, l’anti-cellulite

Se débarrasser de la cellulite, des amas de graisse localisés et des oedèmes ? C’est possible grâce à l’action de l’ananas, qui agit directement sur les graisses.

 

Angélique, le confort intestinal

Vos intestins lui diront merci. Favorisant la digestion, l’angélique évitera de multiples tracas : aérophagie, colites, ballonnements, douleurs et spasmes…

 

Argile Verte, la protection gastrique

Vos troubles digestifs vont enfin pouvoir être soulagés. L’argile verte possède des propriétés à la fois détoxifiante, absorbante, cicatrisante et reminéralisante. De quoi lutter contre les ballonnements, les maux et brûlures d’estomac, les diarhées, les infections intestinales ou les reflux gastro-oesophagien.

 

Argousier, le plein de tonus

Vitamines, minéraux, antioxydants et acides gras essentiels… les baies de l’argousier sont extrêmement riches. Un cocktail excellent en cas de fatigue physique ou intellectuelle.

 

Armoise, la plante des troubles féminins

Syndrome prémenstruel, règles douloureuses, irrégulières ou peu abondantes… vous êtes peut-être sujette à certains de ces désagréments avant ou pendant votre cycle. La feuille d’armoise, et l’huile essentielle qu’elle contient, sauront les soulager.

 

Artichaut, la plante protectrice du foie

Affections hépato-biliaires, constipation, mauvaise digestion… la feuille d’artichaut soulagent les maux touchant le foie et le système digestif.

 

Aubépine, l’amie du coeur

L’aubépine a un effet apaisant et régulateur du rythme cardiaque. De quoi calmer les palpitations, et soulager les situations d’anxiété et de nervosité. A prescrire aussi en cas d’insomnie de l’adulte et de l’enfant, sans risque d’accoutumance ni d’effets secondaires.

 

Aubier de Tilleul, la plante qui soulage le foie

L’aubier recèle des propriétés dépuratives qui sauront soulager votre foie, pour lutter contre un foie paresseux, une insuffisance hépatique, les calculs biliaires, ou encore les ballonnements.

 

Avena sativa, l’association tonique et sédative

Riches en minéraux, vitamines et protéines, les grains de cette plante seront à la fois un remède au manque d’énergie (asthénie), et un sédatif qui agira efficacement contre les états de nervosité, de stress et les difficultés d’endormissement.

 

Baie de Myrtille, le remède contre la diarrhée et le côlon irritable

Riche en tanins, la baie de myrtille permet de stopper les épisodes de diarhées et de colites. Mais cetet plante a aussi une action notable sur la vision nocturne.

 

Ballote, le calme retrouvé

La ballote est faite pour vous apaiser dans tous les sens du terme ! Que vous souffriez d’un sommeil difficile, de nervosité, de spasmes digestifs, et même de déprime légère.

 

Bambou, la reconstruction du cartilage

Riche en silicium, le bambou stimule la production de collagène, qui facilite ensuite la reconstruction des cartilages. De quoi consolider vos os en cas de fracture ou en prévention de l’ostéoporose. Utile également en cas de problèmes articulaires.

 

Bardane, pour une peau nette

Acné, eczéma, psoriasis… la racine de bardane contient de l’inuline et divers composants anti-bactériens, qui lui permettent de lutter contre diverses infections cutanées.

 

Boldo, la plante tonique du foie

Utilisée dans les affections du foie et de la vésicule biliaire, la feuille de boldo a la particularité de stimuler la sécrétion de bile, et donc la digestion. Elle permet de lutter contre les digestions difficiles, l’insuffisance hépatique et les calculs biliaires.

 

Bouillon blanc, la fleur pectorale

Les fleurs de bouillon blanc sauront dégager vos voies respiratoires encombrées. Efficaces en cas de toux, trachéïte, inflammation de la gorge, bronchite.

 

Bouleau, la plante qui élimine l’eau

Rhumatismes, calculs urinaires, goutte, oedèmes… le bouleau a de nombreuses propriétés intéressantes, grâce à ses effets dépuratif et diurétique.

 

Bourdaine, le laxatif naturel

L’écorce de cette plante est très efficace dans les cas de constipation occasionnelle. Mais uniquement chez l’adulte.

 

Bourgeon de Pin, l’air pur des bronches

Tout le secret du bourgeon de pin réside dans sa forte teneur en huile essentielle. De quoi venir à bout des bronchite, sinusite, rhume, toux, et autres trachéïte.

 

Bruyère, l’anti-inflammatoire urinaire

Cette plante aux effets diurétiques est particulièrement indiquée dans les cas d’infections urinaires (cystites) et d’hyertrophie de la prostate.

 

Busserole, le bien-être féminin

Vous êtes sujette aux infections urinaires aiguës et chroniques (cystites) ? La feuille de busserolle possède des propriétés anti-inflammatoire et diurétique particulièrement efficaces pour ce genre de troubles.

 

Cacao, le minceur facile

Grâce à ses polyphénols, le cacao présente un véritable intérêt dans le cadre d’un régime amincissant : il favorise la perte de calories et la diminution des cellules graisseuses.

 

Café vert, pour une excellente détoxication

Comment débarrasser votre organisme des substances toxiques provenant de notre environnement ? Pesticides, pollution automobile, tabac… le café vert va vous aider à éliminer ces substances nocives. Utile également en cas de fatigue.

 

Canneberge, l’anti-bactérien urinaire

C’est la plante par excellence pour combattre et prévenir les infections urinaires. En modifiant la composition chimique des urines, la canneberge (ou cranberry) limite l’adhérence des bactéries au conduit urinaire. De quoi éviter, en particulier, les infections récidivantes.

 

Carotte, le soleil sur votre peau

Grâce au bêtacarotène qu’elle contient, la carotte est particulièrement intéressante en cas d’exposition au soleil, car elle stimule la production de mélanine. Elle améliore également la vision nocturne.

 

Cassis, la plante des rhumatismes

Rhumatismes, arthrose, douleurs articulaires, goutte… le cassis, et ses feuille plus particulièrement, ont des propriétés anti-rhumastimales et anti-inflammatoires qui sauront soulager vos douleurs.

 

Charbon végétal, le végétal qui absorbe les gaz

Voici de quoi remédier aux nombreux troubles fonctionnels du système digestif : ballonnements, crampes, brûlures, éructations, mauvaise haleine… Le charbon végétal, et son fort pouvoir absorbant des gaz et des bactéries, vous aidera à lutter contre ces désagréments, causés le plus souvent par une mauvaise hygiène alimentaire.

 

Chardon marie, la plante fondamentale du foie

Le fruit du chardon marie agit sur de nombreuses affections touchant le foie : insuffisance hépatique, calculs biliaires, cirrhose du foie… Il est aussi indiqué en cas de règles abondantes.

 

Chicorée, la plante au secours de la vésicule biliaire

Riche en inuline, la chicorée a la particularité d’agir sur la flore intestinale. D’où son utilité dans le traitement et la prévention de certains troubles digestifs. Elle facilite également l’assimilation du calcium, particulièrement intéressant pour lutter contre l’ostéoporose. Enfin, la chicorée participe à la lutte contre le cholestérol.

 

Chiendent, la plante qui élimine l’eau

A la fois diurétique et anti-inflammatoire, le chiendent est utilisé en cas d’infection urinaire (cystites…), et chez les personnes sujettes à la rétention d’eau (oedèmes…). Il est également indiqué dans la prévention et le traitement des calculs urinaires et des coliques néphrétiques.

 

Chrysanthellum, la plante du tonus veineux

Son action bénéfique sur la circulation sanguine permet de traiter les symptômes de la maladie de Raynaud (mauvaise circulation des pieds et des mains) et les jambes lourdes. Le chrysanthellum agit aussi comme protecteur du foie (excès alimentaires, intoxications, alcoolisme, cirrhose…).

 

Citrus aurantium, brûleur de graisses

Comment se débarrasser des kilos superflus ? Voici un remède naturel qui devrait vous aider à mincir, si vous êtes sujet à des problèmes de surcharge pondérale ou d’obésité.

 

Coquelicot, la fleur aux pétales apaisants

Tout est dans le pétale ! Nervosité, émotivité, anxiété, insomnie… les propriétés de cette plante sont nombreuses. Le pétale de coquelicot agit aussi comme un calmant de la toux et des gorges irritées.

 

Cosse de Haricot, l’objectif minceur

La cosse de haricot a un intérêt majeur dans le cadre d’un régime : ses propriétés ont pour effet non seulement de réduire l’absorption des graisses et des sucres. Mais elle vous aidera également à stabiliser votre poids, une fois perdus les kilos superflus. La cosse de haricot est aussi indiquée en cas de diabète léger.

 

Curcuma, la plante aux mille et une vertus

Grâce à ses pouvoirs à la fois anti-inflammatoire et antioxydant, le curcuma aide l’organisme à combattre les substances cancérigènes apportées par l’alimentation ou le tabagisme. C’est aussi un excellent remède contre le syndrome du colon irritable.

 

Cyprès, une meilleure circulation veineuse

Varices, hémorroïdes, jambes lourdes… voici le remède à vos problèmes de circulation sanguine ! Le cyprès est très efficace contre l’insuffisance veineuse.

 

Échinacée, l’immunostimulant naturel

Voici la plante qui redonnera un bon coup de pouce à votre système immunitaire. A prendre en cure au début de chaque hiver, pour éviter les infections à répétition.

 

Eleuthérocoque, l’énergie vitale

Voici une plante dont la racine est souvent utilisée par les sportifs. Elle favorise la résistance de l’organisme à l’effort, tout en facilitant sa récupération. Au quotidien, elle vous aidera à lutter contre la fatigue physique et intellectuelle.

 

Escholtzia, la plante du sommeil réparateur et paisible

Voici un anxiolytique naturel qui est parfaitement toléré, par les adultes comme par les enfants… et qui ne crée pas d’accoutumance ! A utiliser en cas de difficulté d’endormissement, d’anxiété ou de cauchemars.

 

Eucalyptus, la plante des voies respiratoires

Nez bouché ? Gorge prise ? Toux ? L’eucalyptus va vous aider à dégager vos bronches, et calmer votre toux. Un véritable allié pour bien passer l’hiver et se débarrasser des rhumes et autres bronchites !

 

Eupatoire, l’antigrippe végétal

L’hiver et son lot d’infections en tout genre. Pour stimuler vos défenses naturelles, misez sur l’eupatoire ! Cette plante agit sur votre système immunitaire, tout en ayant des propriétés anti-inflammatoires pour traiter les troubles respiratoires.

 

Fenouil, le fruit du soulagement digestif

Si vous êtes sujet aux troubles digestifs en tout genre, optez pour le fenouil ! Il saura soulager les spasmes, colites, remontées acides et autres ballonnements.

 

Fenugrec, des graines pour prendre du poids

Riches en protéines et en lipide, les graines de fenugrec sont tout spécialement recommandées dans le cadre d’une convalescence ou pour pallier une perte d’appétit. Le fenugrec est également indiqué dans le traitement du diabète de type 2.

 

Feuille de Myrtille, le tonus veineux

Grâce aux flavonoïdes qu’elle contient, la feuille de myrtille possède des propriétés intéressantes pour améliorer la micro-circulation, et traiter notamment  la couperose. Son action agit aussi sur le diabète dû à l’âge.

 

Fragon, la plante des jambes légères

Grâce à son action sur les vaisseaux sanguins, le fragon permet de soulager et de prévenir les jambes lourdes et les hémorroïdes.

 

Frêne, la plante de la rétention d’eau

A la fois diurétique et anti-inflammatoire, le frêne prévient les oedèmes et les problèmes articulaires. Il possède aussi des propriétés anti-oxydantes pour prévenir le vieillissement.

 

Fucus, les bienfaits de la mer

Cette algue est à conseiller dans le cadre d’un régime. Le fucus agit comme un coupe-faim naturel, tout en vous apportant les vitamines et oligo-éléments dont votre organisme a besoin. Il favorise également la diminution du stockage des graisses et le transit.

 

Fumeterre, la plante régulatrice du foie

Digestion difficile, lourdeurs, nausées… la fumeterre apaisera votre système digestif, grâce à son action régulatrice de la vésicule biliaire. Elle saura également soulager les spasmes intestinaux.

 

Garcinia, le régulateur métabolique minceur

Voici un allié pour vous aider à perdre du poids. Les propriétés du garcinia ont un effet sur la régulation du poids et de l’appétit. Ses composés permettent également de réduire la taille des cellules graisseuses, d’où son utilité pour combattre la cellulite.

 

Gelée royale, le stimulant et fortifiant

Coup de  fatigue ? Opez pour la gelée royale ! Elle saura vous redonner énergie et tonus. Riche en vitamines B et en oligo-éléments, la gelée royale stimule l’organisme et renforce ses défenses naturelles. De quoi repartir du bon pied !

 

Gingembre, le tonus souverain

On ne présente plus cet aphrodisiaque, connu et reconnu, efficace également pour pallier une baisse de tonus physique. Mais cette plante agit aussi pour traiter les troubles digestifs et le mal des transports.

 

Ginkgo, pour un cerveau mieux irrigué

En agissant sur les vaisseaux sanguins, les feuilles de gingko soulagent les problèmes de circulation. De quoi favoriser également une meilleure irrigation du cerveau, avec un effet positif sur la mémoire et les fonctions cognitives. Quant à ses propriétés anti-oxydantes, elles lui confèrent un pouvoir protecteur contre les maladies cardio-vasculaires.

 

Ginseng, la plante millénaire du tonus

Bien connue, cette plante est idéale en cas de fatigue et de surmenage. La racine de ginseng est un excellent stimulant physique et intellectuel. Utile également pour accompagner les efforts du sportif, car elle favorise l’oxygénation des muscles. Enfin, le ginseng améliore la mémoire et les réflexes. Bref, il n’a que des qualités !

 

Gomme de Caroube, mincir sans faim

La gomme de Caroube agit comme un gel qui gonfle dans l’estomac : c’est le principe du coupe-faim, qui vous accompagnera dans le cadre de votre régime amincissant.

 

Graine de Lin, des propriétés laxatives

Les graines de lin possèdent des propriétés laxatives, qui seront particulièrement intéressantes en cas de constipation, mais aussi pour traiter les douleurs abdominales et les colites. Ces graines apportent également au cerveau les Oméga-3 dont il a besoin. Elles participent même à la lutte contre l’excès de cholestérol.

 

Guarana, le tonique minceur

Baisse de tonus ? Le guarana saura vous redonner toute la vitalité dont vous manquez. Riche en caféine, c’est un excellent stimulant physique et intellectuel, sans effets néfastes sur le rythme cardiaque. Intéressant également dans le cadre d’un régime, car le guarana est un brûleur de graisses.

 

Hamamélis, la plante de la fragilité capillaire

Les qualités veinotoniques de l’hamamélis permettent d’améliorer la circulation sanguine. De quoi prévenir et traiter efficacement la couperose, les jambes lourdes et les varices ou les troubles circulatoires liés à la ménopause. L’hamamélis est aussi un excellent antioxydant, permettant de lutter contre le vieillissement cellulaire.

 

Harpagophytum, le bienfaiteur des articulations

Si vos articulations vous font souffrir, arrêtez-vous sur l’harpagophytum ! Cette plante est même utilisée par les sportifs pour traiter des douleurs articulaires ou musculaires. Elle favorise également l’élimination de l’acide urique, ce qui est tout indiqué en cas de goutte.

 

Houblon, la plante de l’équilibre nerveux

Le houblon possède des propriétés apaisantes et relaxantes, qui pourront traiter un épisode de nervosité ou d’anxiété. A recommander également en  de sommeil difficile, chez l’adulte comme chez l’enfant.

 

Huile d’Onagre, le bien-être féminin

Si vous n’avez plus envie d’être gênée par les syndromes prémenstruels, faites appel à l’huile d’onagre ! Elle est d’une grande efficacité thérapeutique pour éviter irritabilité, tension mammaire, et autres rétention d’eau.

 

Huile de Bourrache, la jeunesse de la peau

L’huile de bourrache sera à coup sûr votre alliée beauté : peau hydratée et teint lumineux, ongles beaux et solides, ridules estompées. Cette huile a également un effet sur les vergetures.

 

Huile de foie de Morue, pour des os solides

Riche en vitamines A et D, l’huile de foie de morue est particulièrement indiqué pour la consolidation des os. A recommander pour les enfants en pleine croissance, mais aussi pour les moins jeunes en prévention de l’ostéoporose. Les acides gras essentiels de cette huile agissent aussi sur le système nerveux, la vision et la peau.

 

Huile de germe de blé, le choix du bon cholestérol

Pour lutter contre les mauvaises graisses, l’huile de germe de blé sera un allié efficace. De quoi prévenir et combattre l’excès de cholestérol, l’athérosclérose et les maladies cardio-vasculaires.

 

Huile de Paraffine, traitement symptomatique de la constipation

L’effet laxatif de l’huile de paraffine agit mécaniquement sur l’appareil digestif pour traiter les épisodes de constipation.

 

Huile de pépins de Courge, confort urinaire et troubles de la prostate

Les hommes qui ont des problèmes de prostate l’apprécieront, tout comme les femmes sujettes aux infections urinaires.

 

Huile de saumon, les vertus venues du froid

L’huile de saumon vous apportera les acides gras essentiels, qui manquent généralement dans notre alimentation. De quoi lutter contre l’excès de cholestérol et prévenir les maladies cardiovasculaires.

 

Ispaghul, l’effet fibre

Dans le cadre d’un régime, l’ispaghul agit comme un coupe-faim naturel, et favorise le transit.

 

Karaya, le régulateur d’appétit

Voici une plante à conseiller si vous entamez un régime minceur. Dans l’estomac, la gomme de karaya agira comme un coupe-faim. Elle a également une action positive sur le transit et limite l’absorption de graisses et de sucres.

 

Kola, l’énergie des forêts tropicales

Véritable stimulant, la graine de kola est à préconiser en cas de fatigue physique ou intellectuelle.

 

Konjac, le coupe-faim minceur

Si vous êtes au régime, le konjac se révèlera un précieux allié. En effet, il a des propriétés coupe-faim naturel. Il vous aidera également à perdre du poids en diminuant l’absorption des graisses et des sucres.

 

Lamier blanc, contre les excès d’acide urique

Cette plante est un excellent dépuratif, particulièrement indiquée pour traiter la goutte. Les tanins qui la composent ont aussi une action sur les troubles gynécologiques, tels que les pertes blanches et les saignements utérins.

 

Lavande, la plante apaisante

Sommeil difficile, anxiété, nervosité… choisissez la lavande et son pouvoir apaisant ! L’huile essentiel de cette plante saura aussi traiter les infections des voies respiratoires.

 

Lécithine de Soja, l’anticholestérol naturel

Riche en acides gras polyinsaturés, la lécithine de solja est particulièrement indiquée pour lutter et prévenir le cholestérol. Elle convient également dans la prévention de l’athérosclérose.

 

Levure de bière, la beauté à fleur de peau

Peau sèche et fatiguée ? La levure de bière va vous aider à lui redonner son éclat. Elle est tout aussi efficace sur les ongles cassants et les cheveux ternes, et même contre l’acné. La levure de bière est également indiquée pour reconstituer la flore intestinale. Immunostimulante, elle vous permettra de lutter contre la fatigue et contre les infections hivernales.

 

Lithothame, l’équilibre acido-basique

Particulièrement indiqué en rhumatologie, le lithothame a une action reminéralisante qui agit efficacement contre les rhumatismes et l’arthrose. Son pouvoir anti-acide lui permet d’aider à lutter contre l’acidité gastrique. Intéressant également pour prévenir et traiter les cas de candidoses chez les femmes.

 

L’ail, la maîtrise de l’hypertension

L’ail agit efficacement dans certains troubles de la circulation sanguine. Il permet de prévenir et de lutter contre l’hypertension, l’athérosclérose, et les troubles circulatoires légers.

 

Marronnier d’inde, la plante des hémorroïdes

Son écorce est riche en composés bénéfiques sur les vaisseaux sanguins. Le marronnier d’Inde est un précieux allié en cas de crise d’hémorroïdes, mais aussi pour les varices et les jambes lourdes.

 

Marrube blanc, le confort respiratoire

Les toux ne lui résistent pas. Le marrube blanc facilite le désencombrement des bronches. Ses propriétés anti-inflammatoires en font aussi un excellent traitement des gorges irritées. Cette plante a également une action bénéfique sur l’asthme, et apaise les cas de palpitations cardiaques.

 

Maté, le stimulant minceur

Coup de fatigue ? Le maté est le stimulant par excellence. Il saura vous donner un coup de fouet en cas de fatigue mentale et physique. Il possède également un effet de satiété, bien utile lorsque l’on cherche à perdre du poids. Sans oublier des propriétes antioxydantes contre le vieillissement cellulaire.

 

Mauve, la fleur pectorale

La mauve est à conseiller dans les cas d’encombrement des voies respiratoires, notamment contre la toux et durant une bronchite. Au niveau digestif, elle agit aussi comme laxatif léger et calme les colites.

 

Mélèze, la réponse immunitaire

Cette plante va vous permettre de lutter contre les microbes, en renforçant votre système immunitaire. Elle est particulièrement recommandé en cas d’infections récidivantes, surtout au niveau de la sphère ORL (otites, sinusites, laryngites…).

 

Mélilot, la plante du tonus veineux

Outre ses effets diurétique et anti-spasmodique, la mélilot agit aussi comme fluidifiant sanguin. Elle est très utile pour traiter et prévenir varices, jambes lourdes et oedèmes.

 

Mélisse, la plénitude digestive

Plante aux multiples vertus, la mélisse est particulièrement indiquée dans les troubles du système digestif d’origine nerveuse (spasmes intestinaux…). Elle saura également vous apaiser en période de stress, d’anxiété ou de trouble de l’humeur. Efficace aussi contre les bourdonnements d’oreille.

 

Menthe, le remède des troubles digestifs

L’huile essentielle de menthe possède un fort pouvoir apaisant sur le système digestif. Très utilisée en phytothérapie, elle calme les spasmes intestinaux, les ballonnements ou encore les douleurs gastriques.

 

Millepertuis, l’antidépresseur végétal

Troubles de l’humeur, baisse de moral, stress, anxiété… le millepertuis est l’antidépresseur végétal et naturel qu’il vous faut pour repartir du bon pied !

 

Nopal, l’hypoglycémiant naturel

Le nopal fait baisser le taux de glucose dans le sang. D’où son utilité dans le traitement du diabète. Mais aussi dans le cadre d’un régime, car il procure un effet de satiété et agit comme un capteur de graisses.

 

Olivier, le bien-être de votre tension

L’action de la feuille d’olivier sur les vaisseaux sanguins lui confère des propriétés très intéressantes dans le traitement et la prévention de l’hypertension artérielle, des maladies cardio-vasculaires, et du diabète non insulino-dépendant.

 

Orthosiphon, le dépuratif minceur

Cette plante à la forte action diurétique, vous permettra de traiter et prévenir les troubles urinaires. Elle favorise également la baisse du taux de cholestérol. Très adaptée aussi dans le cadre d’un régime amincissant équilibré.

 

Ortie, la richesse minérale

L’ortie est une précieuse alliée beauté de votre. Ses multiples ressources en vitamines et minéraux redonneront tout l’éclat à vos ongles cassants, à vos cheveux ternes, et à votre peau (traitement de l’acné et de l’eczéma). Elle agit aussi contre la fatigue et reminéralise les cartilages usés.

 

Papaye, au coeur de la minceur

La cellulite concerne la majorité des femmes. Les composés de la papaye agissent directement sur les capitons responsables de l’aspect « peau d’orange ». Elle peut être utilisée aussi en cas de digestion difficile d’un repas trop riche en graisses, ou pour résorber des oedèmes.

 

Partenelle, prévenir la migraine

Si vous cherchez à vous débarrasser des crises migraineuses dont vous souffrez régulièrement, la partenelle saura vous soulager, et même prévenir les douleurs. De quoi retrouver le sourire !

 

Passiflore, pour des nuits plus douces

Si vous voulez retrouver un sommeil réparateur, optez pour cette plante aux vertus apaisantes. Elle vous aidera à surmonter insomnie, nervosité et stress ! Elle constitue aussi un excellent moyen de sevrage des traitements par anxiolytiques.

 

Pelargonium, action anti-adhésion

La racine du pelargonium empêche les bactéries et les virus de se fixer sur les muqueuses. D’où son intérêt pour  lutter – surtout l’hiver –  contre les affections respiratoires : bronchites, pharyngites, laryngites…

 

Pensée sauvage, un bienfait pour la peau

Cette plante sera votre alliée pour retrouver une belle peau, grâce à son effet dépuratif qui élimine les toxines. Efficace également contre les maladies de peau telles que l’acné, l’eczéma ou le psoriasis.

 

Pépins de raisin, pour mieux drainer les graisses

Ce sont vos partenaires minceur ! Agissant contre le stockage des calories dans les cellules adipeuses, les pépins de raisin agissent contre la cellulite et vous aideront à perdre du poids.

 

Petite Pervenche, l’oxygénation du cerveau

Troubles de la mémoire, de la concentration, de la vision et de l’audition… la petite pervenche stimule votre cerveau, grâce à son action sur le débit sanguin qui irrigue le cerveau.

 

Piloselle, pour les régimes sans sel

Rétention d’eau, foie paresseux, hypertension… la piloselle possède de multiples vertus. A recommander également pour accompagner les régimes sans sel.

 

Pissenlit, le grand dépuratif

Grâce à son action diurétique, le pissenlit vous permettra d’éliminer les toxines accumulées. Son effet nettoyant agira également sur le système digestif, et dans le traitement et la prévention des calculs biliaires et rénaux.

 

Plantain, l’anti-allergique des voies respiratoires

Asthme, toux, laryngite, rhume des foins, sinusite… la feuille de plantain possède des propriétés anti-bactériennes et anti-inflammatoires qui vous aideront à venir à bout de bon nopmbre d’affections respiratoires.

 

Pollen, le présent de la nature

Véritable stimulant naturel, le pollen vous redonnera du tonus en cas de fatigue physique et intellectuelle ou durant une période de convalescence. A préconiser également en cure pour prévenir les infections hivernales.

 

Pourpier, la prévention des maladies cardio-vasculaires

C’est l’un des ingrédients phares du célèbre « régime crétois ». Le pourpier est riche en Oméga-3 et en antioxydants, ce qui lui confère une action protectrice contre les maladies cardio-vasculaires et pour prévenir le vieillissement cellulaire. Il est aussi utilisé dans les cas de diabète.

 

Prêle, la plante reminéralisante

Riche en silicium, la prêle permet de stimuler la reconstitution des tissus osseux et musculaires. Avec son effet diurétique, elle aide aussi à lutter contre la rétention d’eau.

 

Propolis, l’antiseptique respiratoire

Antibiotique naturel très actif, le propolis est présent dans le miel, et stimule les défenses de l’organisme. De quoi traiter et prévenir les rhumes de l’hiver.

 

Queue de Cerise, la renommée d’un diurétique

Reconnues pour leur pouvoir diurétique et dépuratif, les queues de cerise permettent à l’organisme de se débarrasser de l’ensemble des toxines accumulées. Egalement efficaces pour combattre les problèmes de rétention d’eau, les infections urinaires et les calculs biliaires.

 

Racine d’Ortie, troubles de la prostate

Un quart des hommes de plus de 50 ans est concerné par une hypertrophie de la prostate. Pour traiter cette affection gênante, la racine d’ortie est très efficace.

 

Radis noir, la plante des foies paresseux

A préconiser dans les cas de digestion difficile et les troubles hépatiques, le radis noir favorise le drainage du foie et l’élimination des toxines.

 

Reine des prés, le dépuratif anti-inflammatoire

Grâce à la reine des prés, vous pourrez lutter contre les problèmes articulaires. Mais pas seulement : son action sur les vaisseaux sanguins permet d’agir sur la cellulite et les oedèmes.

 

Resvératrol, un puissant anti-vieillissement

Grâce à ses propriétés anti-oxydantes, le resvératol permet de protéger votre peau contre les effets nocifs des rayons UV. Une bonne façon de la préserver contre le vieillissement.

 

Romarin, la plante des troubles digestifs

En stimulant la vésicule biliaire, le romarin agit en cas de ballonnements, douleurs et spasmes abdominaux.

 

Salsepareille, la plante qui purifie l’organisme

La salsepareille s’utilise pour traiter les affections de la peau comme l’eczéma et le psoriasis. Elle a également une fonction fortifiante et stimulante.

 

Sauge, la plante des digestions difficiles

Riche en flavonoïdes, la sauge est préconisée en cas de digestion difficile. Elle est également précieuse pour les femmes, car elle soulage les troubles féminins (règles irrégulières, ménopause). Sans oublier son effet bénéfique sur la mémoire.

 

Saule blanc, la plante des refroidissements

Refroidissements, mais aussi état grippal, fièvre, douleurs articulaires… les vertus de l’écorce de saule blanc sont multiples, grâce à ses dérivés salicylés, qui possèdent les mêmes propriétes que l’aspirine.

 

Séné, le laxatif stimulant

Le séné est une plante que vous pourrez utiliser en cas de constipation occasionnelle. Uniquement chez l’adulte.

 

Spiruline, source de protéines, vitamines et minéraux

Renfermant de multiples nutriments, la spiruline constitue le cocktail parfaitement équilibré en cas de fatigue ou pendant une période de convalescence. A conseiller également aux sportifs pour soutenir leur effort.

 

Styles de Maïs, l’efficacité d’un diurétique

Riche en minéraux et en vitamines, le style de maïs est un excellent diurétique. Utile à la fois pour prévenir et traiter les infections urinaires et les rhumatismes, mais aussi dans le cadre d’une cure d’amaigrissement.

 

Sureau noir, la plante dépurative

Grâce à ses propriétés dépuratives, le sureau noir permet de détoxifier votre organisme. A utiliser également en cas d’état grippal.

 

Thé vierge, pour une belle silhouette

Le thé vierge (ou thé vert) se révèlera un allié de poids contre la surcharge pondérale et l’obésité. Les études démontrent qu’une prise régulière permet de diminuer le taux de lipides dans le sang. Et donc une vraie protection contre le cholestérol.

 

Thym, contre les infections

Le thym est un élément caractéristique de la flore méditerranéenne. Ses feuilles sont riches en huile essentielle dont les propriétés sont mises à profit en phytothérapie.

 

Trèfle rouge, pour une ménopause tranquille

La ménopause peut être une période délicate à aborder. Pour en diminuer les symptômes, optez pour le trèfle rouge et ses multiples vertus. Cette plante assure également, aux femmes comme aux hommes, une protection contre le mauvais cholestérol.

 

Valériane, la plante des mille et une nuits

Grâce à ses effets sédatif et relaxant, la valériane est efficace en cas d’insomnie, d’anxiété, d’angoisse, et même en cure de sevrage tabagique.

 

Vergerette du Canada, la plante des articulations

Venue du pays des grands froids, cette plante saura soulager vos problèmes de rhumatisme, arthrose et de goutte.

 

 

Se soigner avec les huiles essentielles

huiles

Certaines huiles essentielles vous correspondent plus particulièrement. Apprenez à connaître vos essences de prédilection, selon votre terrain, votre tempérament…

Les huiles essentielles suscitent aujourd’hui tout l’intérêt thérapeutique, autant des scientifiques que du grand public. Public plus conscient des failles d’une médecine trop chimique, plus désireux d’une meilleure compréhension de la nature, ainsi que du retour à un lien plus durable avec cette nature. Vous pouvez acquérir dans l’aromathérapie familiale certaines connaissances de bien-être et même de mieux-être. En respectant bien entendu toujours les doses et les mélanges conseillés, car les principes actifs des huiles essentielles sont très puissants.

Pour vous soigner avec l’aromathérapie, vous devrez consulter un spécialiste expérimenté en phytothérapie comme un naturopathe. Et bénéficier non seulement de l’action directe des huiles essentielles, mais aussi de leur action plus globale, plus  » holistique « , en faisant connaissance avec votre  » terrain « . Pour vous soigner au-delà du symptôme et de la maladie, comprendre vos prédispositions et agir sur un niveau préventif et équilibrant. Pour agir non seulement au niveau physique, mais aussi au niveau de votre vitalité et de votre psychisme, tous trois intimement liés.

Le mode d’action des huiles essentielles comprend la voie directe comme la voie indirecte.

L’action directe
Les différentes propriétés des huiles essentielles s’exercent dans trois domaines spécifiques :

action antiseptique : les huiles essentielles sont antibactériennes, antivirales, antiparasitaires.

action désintoxicante : aident à l’élimination d’un organisme encrassé qui favorise un système immunitaire déficient. Cette élimination s’effectue par l’un des grands  » émonctoires  » – circuits d’élimination – du corps : les poumons, les reins, les intestins, la peau, le carrefour ORL.

action sur les différents métabolismes : foie, pancréas, thyroïde,…

L’action indirecte
Se fait par une approche scientifique du terrain biologique, avec la consultation d’un spécialiste.

Les huiles essentielles agissent en intervenant sur les processus biologiques et par modification du terrain local et général grâce à leur activité énergétique.

Mieux comprendre votre  » terrain « 

Considérez votre organisme comme une terre en friche. Comme une terre qui a plus tendance à être calcaire ou argileuse, plus ou moins assoiffée, plus ou moins fertile. Avez-vous des problèmes digestifs, des problèmes d’élimination ? Votre peau est-elle grasse ou sèche ? Avez-vous tendance à vous couvrir de boutons dès que cela ne va pas ? Souffrez-vous de migraines ?

En analysant l’histoire de vos maladies et de vos troubles courants, qui sont presque devenus des habitudes, vous vous apercevrez que vous vous connaissez bien mieux que vous ne le pensiez. Et le naturopathe qui vous examine sera le plus à même de déterminer votre terrain en analogie avec les plantes qui lui correspondent le mieux.

Parce qu’une plante est aussi un organisme biologique, avec ses tendances et ses besoins, ses  » spécialités « , qui sauront toujours maintenir votre équilibre.

Les huiles essentielles sont des liquides ou des résines subtiles et volatiles qui viennent des plantes, d’arbustes, de fleurs, d’arbres, de racines, d’arbrisseau et de graines, et constituent la force vitale des plantes. Elles donnent aux plantes leur odeur caractéristique, telle que la fragrance d’une rose ou l’arôme du cèdre ou du pin. Et elles représentent pour les plantes ce que le sang représente pour le corps humain : le sang nettoie, protège, oxygène, nourrit et guérit.

Leur composition est si complexe que les moyens analytiques modernes n’en ont pas encore percé tous les secrets. Une simple huile peut contenir des centaines de constituants dont les molécules aromatiques présentent exactement la bonne configuration pour déclencher un certain nombre de réactions dans le corps humain.

Les huiles essentielles protègent la plante des insectes, des bactéries et autres micro-organismes, et aident aussi à guérir leurs blessures. Ces caractéristiques uniques rendent les huiles essentielles très bénéfiques pour l’être humain.

 » Tout utilisateur expérimenté de ces produits vous confirmera l’énergie surprenante qui les anime. L’influence de leur fragrance sur certaines aires corticales explique leur puissance sur le mental, le psychologique et le spirituel. Elles véhiculent l’information. Chaque huile essentielle apparaît comme un tout indissociable capable de traiter un individu malade (et non une maladie isolée de son contexte).

L’allopathie chimique a basé son activité thérapeutique sur des molécules issues de la synthèse, tandis que l’aromathérapie explique les propriétés des huiles essentielles en se référant aux molécules aromatiques les composant. Il est juste d’affirmer que l’aromathérapie est une allopathie, mais naturelle.

Un produit issu de la chimie de synthèse est mort, inerte, dépourvu d’énergie, perturbateur d’équilibre de vie. A l’inverse, tout produit naturel est vivant, doué d’une énergie revitalisante, capable de restaurer l’harmonie en stimulant les processus vitaux. Même si cette biochimie naturelle est parfois difficilement compréhensible, il n’en reste pas moins rassurant pour chacun d’entre nous de savoir que chaque propriété s’explique de manière rationnelle et scientifique.  » Dr Jean-Pierre Willem, Bienfaits des huiles Essentielles

L’aromatogramme

L’aromatogramme consiste à identifier, à partir de cultures de germes pathogènes prélevés chez une personne (nez, gorge, oreilles…), les huiles essentielles susceptibles de tuer les germes présents.

L’aromatogramme se fait de la même manière qu’un antibiogramme où les antibiotiques sont remplacés par des essences aromatiques, préalablement sélectionnées et reconnues. C’est une technique d’exploration, de mesure de l’activité antibiotique et antiseptique des huiles essentielles. A l’image de l’antibiogramme, des germes sont transférés sur une gélose coulée dans une boîte de Pétri. L’aromatogramme permet de mesurer le pouvoir bactéricide de chaque huile essentielle.

Cette technique date de 1950 et a été perfectionnée depuis lors. Schroeder et Messing, en 1949 déjà, avaient mesuré les zones d’inhibition autour de disques de buvard imprégnés d’huiles essentielles déposés au sein d’une colonie bactérienne. Le nom même d’aromatogramme est attribué à Paul Duraffourd, qui procédait à ces tests sur chaque huile essentielle dans son laboratoire de la rue Lauriston à Paris.

L’aromatogramme permet un choix judicieux, une aromathérapie véritablement sur mesure et appropriée à chaque cas particulier.

Les essences les plus efficaces et que l’on retrouve le plus souvent sont l’Origan, la Sarriette, le Thym, la Cannelle et la Girofle. Ces essences sont des essences majeures de germe.

Mais l’aromatogramme révèle aussi des sensibilités à certaines essences, dont le pouvoir antiseptique était totalement insoupçonné. Il semblerait que ces essences soient marquées par le terrain de l’individu d’où proviennent les germes, ce qui les rendrait efficaces contre eux dans ce cas précis. On les appelle essences de terrain. A partir des huiles essentielles qui se seront révélées actives, le thérapeute prescrira une association de préparations en essences majeures de germes et en essences de terrain pour tout à la fois assainir et renforcer le terrain du patient. Les résultats de tels traitements sont le plus souvent très positifs.

Trouvez  » votre  » huile essentielle

Parfois vous aurez besoin de plusieurs huiles essentielles pour venir à bout de tous vos symptômes.Ensuite, vous pourrez utiliser votre essence unique ou votre mélange spécifique dans des bains, des huiles de massage, en diffusion dans l’atmosphère… Votre aromathérapie rien qu’à vous !

Votre terrain correspond à un profil donné

Les études de terrain permettent de dégager certains profils. C’est ainsi que pratique l’homéopathie uniciste, qui dégage votre  » homéotype « , auquel correspond un médicament homéopathique de fond, unique et en même temps le plus adapté à votre profil.

L’homéotype se situe au carrefour de la morphologie et du caractère, et détermine, du moins en partie, votre comportement dans la vie et vos tendances pathologiques. C’est votre homéopathe, qui, par une foule de questions précises, parviendra à déterminer au plus près votre homéotype.

Voyons à titre d’illustration deux homéotypes différents :

Le profil  » Nux Vomica  »
Les Nux Vomica sont des meneurs exigeants. Hyperactifs et organisés, ils aiment l’ordre. Impatients, toujours prêts à imposer leur point de vue, ils ne tolèrent pas la contradiction, et leur entourage craint leurs colères. Ils apprécient la bonne chère, les bons vins, et sont portés sur les excitants pour compenser la fatigue et le surmenage. Irritables, ils font facilement des reproches à leur entourage, mais ils oublient vite leurs griefs. Le bruit les insupporte, de même que les odeurs fortes. Sédentaires intoxiqués, ils sont sujets aux constipations. Ils doivent surveiller leur tube digestif et leur tension artérielle. Un courant d’air les enrhume.

Le profil  » Phosphorus  »
Charmeurs d’une élégance décontractée, les Phosphorus aiment tout ce qui est beau. Ils sont très anxieux, et parfois même enclins à la panique : ils ont peur du crépuscule, de la solitude, de la maladie. Le moindre bobo les affole. Sociables et extravertis, ils sont tournés vers les autres, pour qui ils éprouvent une compassion jamais démentie. Très généreux, artistes, ils aiment leurs amis et leurs amis les aiment. Ils sont intéressés par tout ce qui est mystère et religion. Ils se lancent à fond dans ce qu’ils entreprennent, mais se fatiguent vite. Ils doivent surveiller leur système circulatoire et leur pancréas.

Ces indications sont tirées du Guide Familial de l’Homéopathie, du Dr Alain Horvilleur.

Les huiles essentielles selon votre tempérament

Hippocrate, le père de la médecine, avait déjà à son époque (IIIe siècle avant J-C), dégagé des profils similaires selon les constitutions, à partir de la théorie des humeurs : les 4 tempéraments.
Pour être en bonne santé, selon la médecine antique, il fallait que les 4 humeurs de l’homme, correspondant aux 4 éléments, soient équilibrées. Si l’une ou l’autre de ces humeurs prenait le pas sur les autres, elle était à l’origine de pathologies. Cette théorie était la base de la médecine antique.

L’anthroposophie de Rudolf Steiner a repris et développé ces 4 tempéraments humains, dans sa pédagogie comme dans sa médecine. Les naturopathes tiennent aussi compte de ces tempéraments dans leurs prescriptions, notamment en aromathérapie.

Les 4 tempéraments sont : le tempérament sanguin, le tempérament lymphatique ou flegmatique, le tempérament bilieux ou colérique, le tempérament nerveux ou mélancolique.

Voici, exposés de façon très succincte, les 4 tempéraments, avec leurs pathologies associées, et les huiles essentielles conseillées.

Il s’agit bien sûr de comprendre cette théorie de façon subtile et nuancée : nous sommes un savant mélange de plusieurs tempéraments, même si l’un d’eux domine. Essayez de trouver celui qui vous correspond ! Ce thème a fait l’objet de l’émission Bien-Etre sur Direct 8 le 1er mars 2010.

Le sanguin
Constitution dominée par l’élément AIR, et par le sang. C’est un personnage bien équilibré, mince et élégant, plein de vitalité, d’énergie, convivial, passionné, extraverti, et impulsif. Il a toujours chaud et a un bon sommeil. Epicurien, bon vivant, il va vers les autres et vit en fonction d’eux. Son cœur parle avant son mental. Il peut se disperser, et être fragile. Sa santé de départ est très bonne, mais, très attiré par les bonnes choses, il risque d’être atteint de pathologies de surcharges comme les pathologies cardiovasculaires, le diabète, l’hypertension…

L’huile essentielle de Thym va l’aider à se recadrer, se recentrer, à moins s’agiter. Elle est très douce et peut être utilisée chez le tout petit. Mettez 1 goutte sur vos poignets, ou utilisez-la diluée dans de l’huile végétale pour masser le ventre.

L’huile essentielle de romarin camphré, plus forte, va laisser le « sanguin » dans l’action en lui donnant un fil conducteur pour éviter qu’il ne se disperse trop. Cette huile est aussi une aide à la circulation car elle fluidifie le sang. Vous pouvez la diluer dans une huile végétale et masser la plante de vos pieds.

Le nerveux ou mélancolique
Constitution dominée par l’élément TERRE, et par la bile noire. C’est un personnage d’aspect longiligne, rétracté, osseux. Sa force est son système nerveux mais trop sollicité, peut devenir sa faiblesse. Le raisonnement et l’analyse mènent sa vie. Son mental passe avant son affect. Sa problématique : il ne vit pas dans son corps qui lui est seulement un véhicule. Perpétuel angoissé, il est nerveux, discipliné, perfectionniste. C’est le « bon élève » type. Il n’aime pas particulièrement manger, et est souvent constipé par le stress. Tendance à l’insomnie. A la longue il peut souffrir de troubles neuro-psychiques, d’acidose et d’inflammations…

L’huile essentielle de menthe poivrée : cette huile essentielle est efficace pour le lâcher-prise. Mettez-en une trace, sur le front, entre les deux yeux, à la place du troisième œil.

L’huile essentielle de petit-grain, extraite de la feuille de l’oranger amer, rassure et touche le cœur. Vous pouvez la respirer ou la diluer dans une huile végétale pour en appliquer sur la voûte plantaire, le plexus solaire ou l’intérieur des poignets. Massez légèrement et respirez profondément.

Le bilieux ou colérique
Constitution dominée par l’élément FEU, et par la bile jaune. C’est un personnage bien charpenté, qui peut être trapu. Sa mâchoire est visible, carrée, puissante. Il est franc, rigoureux, parfois rigide et a beaucoup d’énergie. Comme son nom l’indique, il se fait de la bile, est très perméable aux émotions et prend tout à cœur. Susceptible, il exprimera plus ou moins sa colère. Il aime avoir des projets, des responsabilités, être dans l’action, prendre des décisions, s’occuper des autres. C’est un bon meneur d’homme, un combatif, un travailleur, toujours prêt. Il peut être très autoritaire. Il a tendance aux problèmes ostéo-articulaires, à la déminéralisation : perte de cheveux, problèmes de dents, claquage, tendinite…

L’huile essentielle de citron régénère, soutient, protège, draine le foie. Son action très douce va lui apporter de l’énergie. En cure de 3 semaines, versez 2-3 gouttes dans votre bouteille d’eau de la journée. Vous pouvez aussi l’utiliser en diffusion.

L’huile essentielle de niaouli soutient dans l’action. Elle aide à se concentrer, prend soin du mental. Diluez-la dans une huile végétale et appliquez-en quelques gouttes sur les poignets et/ou le plexus solaire.

Le lymphatique ou flegmatique
Constitution dominée par l’élément EAU, et par la lymphe. C’est un personnage mou dans son comportement, lent, rond. Il est plutôt petit avec des membres courts. Il n’a pas une grosse énergie et s’économise avec un besoin de dormir beaucoup. C’est un introverti, sensible, rêveur, intuitif, avec une forte vie intérieure. Il n’est pas du tout mené par la volonté et a très peu de persévérance : il prend son temps et agace les nerveux. C’est un excellent « second » : secrétaire, adjoint, fidèle, fiable, mais lent. A l’abri des soucis car il se protège, se blinde. Il a du mal à avoir conscience de son corps. C’est un gros mangeur, surtout s’il ne se sent pas bien. Il souffre de rétention d’eau et est prédisposé à la faiblesse glandulaire, donc au diabète, à l’hypothyroïdie…

L’huile essentielle de Pin draine l’eau et lui donnera l’énergie qui lui manque. Avec 2-3 gouttes, frictionnez les surrénales : au milieu du dos au dessus des reins.

L’huile essentielle de mandarine rouge va le rassurer, lui donner confiance, chaleur et le faire oser. En diffusion.

Conservez toujours vos huiles essentielles dans leur flacon, dans un endroit sec et frais (>25 °C), à l’abri de la lumière. Des précautions d’usage sont à vérifier selon les essences, pour les femmes enceintes et allaitantes, et les jeunes enfants. Suivez toujours les doses prescrites ou recommandées.

Michel BontempsMichel Bontemps phytothérapeute et journaliste

Bonjour à tous !

Les plantes : la nature au service de la santé

Les médecines naturelles ont redonné l’envie du retour à la nature et à sa pharmacie incroyablement variée ! Il semblerait que tisanes, gélules, huiles essentielles et élixirs floraux n’ont jamais eu autant de succès.

La phytothérapie est la plus vieille médecine du monde. Nombre de médicaments allopathiques sont élaborés à partir des molécules trouvées dans les plantes. Aujourd’hui leurs qualités sont à nouveau redécouvertes et exploitées au naturel.

La vague de la phytothérapie

Les plantes médicinales contiennent des principes actifs qui ont une action directe sur l’organisme. Chaque plante contient deux à trois cents composants différents. C’est de l’interaction entre ces  substances que vient l’efficacité thérapeutique.

Déjà, nos grands-mères utilisaient l’efficacité des plantes contre les maux courants :

  • La sauge pour la circulation sanguine ;
  • Le thym contre le rhume et beaucoup d’infections;
  • Le tilleul en tisane pour lutter contre les insomnies.

Les plantes peuvent être utilisées en tisane ou décoction. Quant aux nouveaux conditionnements (gélules, teintures mères, micro-sphères), ils facilitent leur usage.